lundi 5 décembre 2016

Outlanders

Titre original: Outlanders
Annee: 1986
Nombre d'episodes: 1 OVA
Auteur: Jouji Manabe

Un empire galactique debarque sur Terre dans l'intention de la conquerir. Il se trouve qu'en fait il s'agit des anciens habitants de notre planete, revenus recuperer leur bien. La princesse Kahm, alors qu'elle massacre allegremment des soldats Terriens a l'epee, tombe par hasard sur Tatsuya, un jeune cameraman qui passait par la et dont elle devient immediatement amoureuse.

A la base, Outlanders est un excellent manga, qu'on pourrait considerer comme une sorte de mix entre Star Wars et Urusei Yatsura (parfois vraiment limite plagiat pour ces deux oeuvres), mais avec un peu de sexe en plus. L'anime lui, s'il n'est pas mauvais a proprement parler (juste mediocre/correct), est un massacre en regle de l'oeuvre originale. Comment diable voulez-vous resumer 8 volumes de 200 pages en UN seul et unique OVA de 45 minutes??!! On ne garde que quelques scenes, mais le gros de l'histoire demeurera evidemment totalement inconnu pour ceux qui n'ont pas lu le manga, la plupart des personnages n'apparaitront pas non plus, et etrangement les auteurs de l'anime ont plutot mis l'accent sur les scenes coquines. Il y en avait bien sur a la base, mais elles s'intercalaient de-ci de-la au sein du scenario. Ici, sur trois quart d'heure, au moins 15 minutes y sont consacrees... Ca reste tres gentillet hein, on n'est pas dans un anime porno, mais bon, quitte a vouloir developper un minimum l'intrigue, il aurait ete plus judicieux de choisir d'autres moments du manga...


Jouji Manabe a d'ailleurs lui-meme declare apres coup qu'il avait ete tres decu de cette adaptation, et on le comprend. Notons d'ailleurs que c'est un des rares mangaka a avoir debute une carriere d'auteur de doujinshi APRES sa carriere professionnelle! Il n'hesite d'ailleurs pas a faire par exemple des parodies X de ses propres oeuvres (Outlanders inclus), ou meme de Captain Harlock, Evangelion, ou Dirty Pair...

Techniquement ca va. Le generique est bon, l'OST est tres bien, mais quelle ne fut pas ma surprise d'entendre a deux reprises une BGM directement reprise de... L-Gaim!!! C'est le meme compositeur ok, mais bon, ca choque un peu quand meme.

Pas une daube donc, mais privilegiez-lui cent fois le manga!


L'OVA

mercredi 30 novembre 2016

Bagi

Titre original: Daishizen no majuu Bagi
Annee: 1984
Nombre d'episodes: 1 telefilm
Auteur: Osamu Tezuka
Ryo, un ancien loubard japonais devenu chasseur emerite quelque part en Amerique du Sud, a pour mission d'eliminer une bete feroce denommee Bagi. Or, il se trouve que ce Bagi est en fait a la base une chatte qu'il possedait durant son enfance, et qui suite a des manipulations genetiques a acquis une taille humaine ainsi que la faculte de parler et d'incroyables pouvoirs hypnotiques...

Osamu Tezuka n'a pas fait que des series TV ou des films, on lui doit aussi des telefilms comme ce Bagi. Mais contrairement a une habitude recurrente chez le Dieu des manga, ici pas de "star system" avec des tetes deja vues (pas de clone de Black Jack par exemple).
La mise en scene est tres particuliere car elle jongle entre present (Ryo a 20 ans), flashback (15 ans, c'est la que se situe le gros de l'histoire), et meme flashback de flashback!(enfant) Cela ne nuit en rien a la narration fort heureusement; le scenario revele quelques surprises, malgre une fin un peu trop "heureuse" (le mot est exagere mais bon, ca aurait du se finir plus mal).
Le personnage de Bagi est un peu... euh, special, dans le sens ou sa relation avec Ryo est parfois aux limites de la zoophilie...

La realisation est correcte pour un telefilm, et la bande-son est signee Kentaro Haneda.
Pour l'anecdote, le telefilm n'etait pas pret pour sa date de diffusion, il fut donc monte en urgence pour pouvoir passer a la tele, puis fut ensuite finalise pour la version video.

Un anime sympa, ou on reconnait bien la pate de Tezuka.

L'intro

mercredi 23 novembre 2016

Andromeda Stories

Titre original: Andromeda Stories
Annee: 1982
Nombre d'episodes: 1 telefilm
Auteur: Ryu Mitsuse & Keiko Takemiya
Dans un tres lointain passe, sur la planete Astorius de la galaxie d'Andromede le Prince Itaka de Cosmoralia et la Princesse Lilia de Ayodouya celebrent leurs noces, et deviennent le nouveau couple royal. Quelques temps plus tard, un etrange meteorite, qui se trouve en realite etre un vaisseau spatial, s'ecrase sur Astorius. De celui-ci s'echappent des chauves-souris robots, qui vont s'introduire dans le palais royal et tuer, puis occuper les corps de ses habitants. Seul Lilia et sa servante en rechappent; la reine enceinte met alors au monde des jumeaux (un garcon et une fille) beneficiant d'incroyables pouvoirs psychiques...

Encore un anime que tout le monde semble avoir oublie (non sans raison, aurais-je envie de dire...). Il s'agit a la base d'un shojo manga de SF (genre plus frequent qu'on ne croit, surtout a cette epoque), mais dont la parution n'etait pas terminee au moment de la diffusion du telefilm, en resulte donc une fin differente.
Dans l'ensemble, l'univers et les personnages sont interessants, mais on n'a parfois du mal a suivre la mise en scene, surtout dans la deuxieme partie, ou tout semble aller un peu trop vite. Avoir condense le manga en un seul telefilm a egalement oblige le staff a supprimer des personnages ou raccourcir des passages du scenario, ceci expliquant sans doute cela.
La fin m'a egalement pose deux problemes:
-on decouvre qu'un des protagonistes etait non humain. Oui mais pourquoi-comment? Et quelles etaient ses motivations? On ne le saura jamais...
-un baiser certes des plus chastes, mais enfin baiser tout de meme, entre les deux jumeaux... Mince quoi, c'est de l'inceste...
Techniquement, etant donne qu'il s'agit d'un anime reserve a une diffusion TV, il ne faut pas s'attendre a la qualite d'un film cinema; cela reste neanmoins correct pour un truc de 1982.
La bande-son est signee Yuji Ohno, ce qui sauve Andromeda Stories de l'oubli total. Parce que honnetement, sans etre une daube, et alors que le debut etait prometteur, on se retrouve durant toute la seconde partie de l'anime avec sa mise en scene bancale, qui ne permet pas de veritablement entrer dans le truc. Quitte a regarder un long-metrage de SF de ces annees-la, preferez-lui les films de Galaxy Express ou Queen Millenium.

L'ending (attention, ca spoile)

vendredi 18 novembre 2016

Cameos en japanim part 3

Le retour! Suite aux deux premiers articles (il y a un paquet d'annees deja!), voici une nouvelle fournee
part 1
part 2

48/le Professeur Umon (Grendizer) dans l'episode 8 de Mister AJikko

49/dans un episode de Gundam Build Fighters (ou Try?) des cameos a foison, tires d'autres series Gundam
 
 
 

50/le Professeur Umon (encore!) dans Godmars. En fait c'est plutot un perso sosie

51/dans l'episode 19 de Hibari-kun, un jouet Mazinger Z

52/dans Iczer One (ou Iczer 3?), Camille et Fa de Z Gundam, Tetsuo de Akira, et Kyao de L-Gaim

53/dans Ideon, plusieurs persos de Gundam dont un poster de Char Aznable!

54/Kaine et Linda (Dragonar) dans Kimengumi

55/tres surprenant, du Silverhawks et du Thundercats dans Megazone 23! Sous forme de flipper

56/et toujours du Thundercats mais dans Bubblegum Crisis
  

57/Nils Holgersson dans Creamy

58/Un Jump avec Jojo en couverture dans Otokojuku

59/des peluches Ranma 1/2 dans Rinne

60/Lynn Minmay dans Wingman

61/Shiryu (Saint Seiya) dans Yugi-oh!

62/Eiji (Layzner) dans l'episode 55 de City Hunter. Je ne le jurerais pas a 100% toutefois

 63/Chun Li de Street Fighter 2 dans Hong Lang, un obscur OVA de 93...

 64/des persos de Dr Slump dans l'episode 13 de Hibari-kun

65/Lupin et Jigen dans Gundam

dimanche 13 novembre 2016

Les crop circles


Le phenomene des crop circles est intimement lie a celui des OVNI. Meme si aucune preuve absolue ne vient confirmer cette relation, on a quand meme souvent observe des lumieres etranges dans les environs concernes. Je vais reprendre des extraits d'un livre de Jean Sider, qui y consacre un chapitre.
Bien que avant tout britannique, je m'empresse de preciser que ce phenomene a touche de nombreuses regions au monde (bien que beaucoup soient des canulars).
L’histoire des crop circles commence a la mi-juin 1978 juste au moment où, coïncidence amusante, Léonard Stringfield divulgue le premier témoignage sur le crash d'ovni de Roswell aux États-Unis lors d'une conférence de l'association MUFON à Dayton dans l’Ohio. Certes, il y a eu deux ou trois cas de petits cercles isolés depuis 1976, mais comme ils ont été attribués à des causes naturelles, ils sont restés ignorés des chercheurs jusqu'en 1978.
L’affaire s’est produite de la façon suivante. On découvre d’abord quelques cas de petits cercles simples tracés dans des champs de céréales haut levées. Les plantes sont couchées en spirale à partir d'un point central. En général on trouve ces anomalies dans des champs de blé, d’avoine, et de seigle. Cependant, il arrive par la suite dans quelques cas que d'autres espèces de plantes soient concernées : le maïs, le soja, certains légumes, etc. C'est ainsi qu'un champ de pommes de terre a fourni un tel incident près de Market Rasen, Leicestershire. Puis surgissent des cercles de très grande taille dotés de ronds satellites plus petits. Ensuite, certains cercles sont reliés de lignes parfois nanties de signes divers sur presque toute leur longueur ou encore de formes géométriques multiples. Ils évoquent des symboles anciens, des allégories, des messages, etc.
Bref, au fur et à mesure que les années se succèdent, il y a une escalade tant dans la qualité et la quantité des canevas représentés que dans la variété artistique des graphismes ainsi que dans l’augmentation de leurs dimensions. Depuis les années 1990, le gigantisme et le raffinement des motifs exécutés dans ces nombreuses formes picturales ont pris une allure quasi-surréaliste. On peut voir maintenant des figures comprenant des tracés angulaires et surtout des proportions impressionnantes. Des cas de dessins faisant entre deux cents et trois cents mètres sont couramment observés. Certains ont même été mesurés à près de quatre cents mètres. De plus, l’apparence exacte de certains d’entre eux n'est seulement perceptible que vue d'une certaine hauteur, à partir d'un avion, ou du sommet d'une colline. 
Selon le physicien américain Richard Taylor, la réalisation des cercles de culture observés ces dernières années nécessiterait l'usage du GPS, de lasers et de micro-ondes. La complexité des dessins donne à penser que les auteurs clandestins de ces cercles font appel désormais au système GPS pour couvrir une grande surface avec une précision absolue et, dans certains cas, aux micro-ondes produites par un magnetron (tube à vide dégageant une chaleur intense, utilisé dans l'électroménager) pour aplatir très rapidement une grande quantité de tiges.
Certains prétendent qu'il n’y a que des canulars. Le problème qu'ils semblent ignorer c’est le fait que comme pour des toiles de maîtres, les faussaires impliquent les artistes authentiques. En effet, il a été scientifiquement prouvé dans un certain nombre de cas que l’œuvre humaine était hautement improbable. En conséquence, les faiseurs de canulars ne sont que des imitateurs. Reste à savoir QUI ou QUOI ils se contentent d'imiter.
Intéressons-nous donc à ce qui différencie les cas anormaux des imitations.

IMITATIONS : le démonstrateur appuie de tout son poids sur une planche avec un pied, car il faut une forte pression pour que les tiges ne se redressent pas. La plupart des tiges sont brisées, et beaucoup de grains on été expulsés des épillets. De plus, la croissance des plantes cesse puisque leurs tiges sont cassées.
VRAIS CAS : la quasi totalité des tiges ne sont pas brisées mais seulement recourbées, et les grains sont restés intacts dans les épillets. De plus, il est impossible de réaliser cette performance de main humaine dans le cas de certaines plantes comme le maïs, le colza, le chou de Bruxelles, la pomme de terre, etc. La croissance des plantes continue en position couchée, et elle peut être plus rapide que là où elles n'ont pas été perturbées par le phénomène. ll est
impossible de produire un tel effet avec une planche à corde, un rouleau, ou tout autre outil manuel quel qu'il soit.

IMITATIONS : Les épis sont tous étalés en une seule couche.
VRAIS CAS : Certains sont constitués de plusieurs couches d’épis étalées dans différentes directions. Ces couches se superposent les unes sur les autres, performance impossible à faire avec une planche à corde ou tout autre moyen manuel. Le 6 août 1999, à Bishop Cannings, près de Devizes, Wiltshire, un cas qui a été appelé Magic Basket est apparu, comprenant des entrelacements de couches d’épis orientées différemment les unes passant en dessous des autres. L’ensemble suggère les tresses d'un panier ou les broderies artistiques d'un napperon, particularités impossibles à réaliser de main humaine.

IMITATIONS : Il n'y a aucune modification observée dans les plantes au niveau de leur structure physique pure hormis le fait qu’elles sont brisées, ni au niveau de leur structure moléculaire.
Aucun déchet ou résidu ne persiste dans les tracés.
VRAIS CAS : Les analyses en laboratoire sur des plantes couchées sans avoir été brisées ont fait apparaître diverses modifications dans leur structure physique, y compris au niveau moléculaire (c'est personnellement l'aspect qui me trouble le plus dans cette affaire)


En 1991, deux sexagénaires retraités qui s’ennuyaient, Doug Bower et Dave Chorley, révèlent être les circlemakers. Le hasard – mais est-ce bien un hasard – a fait que cet « aveu » s’est produit tout juste après la divulgation des résultats de tests effectués sur des échantillons de plantes couchées par le phénomène, prouvant qu’elles n’avaient pas été écrasées par les moyens matériels des auteurs de canulars.
Inexplicablement, les médias ont accepté leurs soudaines déclarations et ont fait les gros titres des journaux ! Pourquoi ces médias n’ont-ils pas effectué des enquêtes pour établir la valeur de leurs prétendus aveux ?
L’histoire a même fait le tour du monde, et certains médias français qui n'avaient jamais évoqué ces incidents, se sont empressés de répercuter les “aveux” des deux sexagénaires. Résultat, le public a avalé la version servie, et l’équipe du Professeur Levengood a été ridiculisée. Pourtant, des rapports prouvant l’impossibilité de l’œuvre humaine dans certains incidents avaient été envoyés a de nombreux journalistes. Aucun d 'eux n 'a jamais été publié par ceux-la même qui ont pourtant accordé au tandem Doug & Dave une caution sans réserve.
Toutefois, il y a eu au moins un cas de mensonge prouvé par les deux sexagénaires. L’affaire a été rapportée par le chercheur Colin Andrews. En 1990, il a eu l`opportunité de vérifier un cas de cercle dont le graphisme évoquait une croix celtique. Plusieurs particularités indiquaient que le canular était très peu probable. Plus tard, en 1991, les deux complices ont déclaré au journal Today être les auteurs de cette formation. Colin Andrews, en présence d’un reporter du même quotidien, a alors demandé aux deux hommes comment ils s’y étaient pris pour façonner ce dessin doté des anomalies qu’il avait remarquées. Gênés, les deux retraités ont d’abord refusé de répondre, puis pressés par Colin et le journaliste, ils ont fait marche arrière, allant jusqu’à reconnaître devant le cadreur qui les filmait ne pas être responsables de cette formation. En dépit de cet aveu, le journal Today n'a pas imprimé une seule ligne pour dénoncer le comportement des deux sexagénaires.
D'autres effets non moins surprenants, mais de caractère physique et psychique ont été enregistrés par diverses personnes qui s’étaient tenues au milieu de ces dessins agraires.
Par exemple, Lucy Pringle signale les effets secondaires négatifs suivants : migraines, nausées, vertiges, fatigue. Or, il y a également parfois aussi des suites positives : guérisons de maux chroniques, amélioration d’états de santé précaires, sentiments de joie, de bonheur, etc.
Mme Lesley Clementson avait eu a souffrir de crises d’arthrite depuis 1969. Plus les années avaient passé, et plus ses genoux et ses coudes étaient devenus douloureux. Elle avait aussi des enflures importantes aux poignets et aux pieds. Le 25 mai 1992, après bien des difficultés pour progresser, elle se place dans une formation a Lockeridge, Wiltshire, en compagnie de son mari Steve. Après une heure et demie passée dans le plus grand cercle de la formation, elle constate que les douleurs de ses jambes et de ses coudes ont grandement diminué tout comme les enflures. Les douleurs ont disparu complètement dix jours plus tard, mais les enflures par contre, ont mis quatre mois a se résorber presque en totalité.

On note aussi des ennuis mecaniques.
Mme Francine Blake survolait en hélicoptère une formation très élaborée apparue le 12 juin 2000 à Windmill Hill, afin de la photographier dans les meilleures conditions possibles. Les deux appareils qu'elle avait emportés ont été victimes d’un dysfonctionnement. Tout d’abord son appareil photo a cessé de fonctionner après cette visite et sur la pellicule de trente clichés pris, seuls les quatre premiers ont été réussis. Quant à son second appareil prévu pour les vues en couleur, il n’a enregistré que des images en noir et blanc. Qui plus est, elles se sont avérées voilées par une sorte de brouillard.

Elle a relevé aussi des effets sur des oiseaux et des chevaux.
Par exemple, des canards sauvages ont effectué un très net virage au moment ou ils allaient survoler une gigantesque formation a faible hauteur.
L'information la plus remarquable concernant les animaux nous vient du livre du Dr E. H. Hasealhoff. Des échantillons de plantes, racines comprises, avaient été prélevés dans les dessins agraires concernés. M. Haselhoff a constaté quelques semaines plus tard que les souris de l’expérience avaient mangé les graines des échantillons de contrôle, mais qu’elles n'avaient pas touché à celles des plantes qui avaient été couchées dans les crop circles. Le même constat a été fait aux Etats-Unis par un certain Carol Schoenholz, mais les bêtes concernées étaient des lapins.


On sait a quel point les animaux disposent de sens que nous n'avons pas (celui de prevoir un seisme par exemple), cette experience est elle aussi tres troublante. Dans certains cas d'observations d'OVNI qui se sont poses au sol, non seulement la vegetation a ete victime de radioactivite, mais les animaux des alentours ont toujours soigneusement evite la zone, parfois durant plusieurs annees.

Alors que sont les crop circle? Difficile a dire. Un message provenant d'une intelligence non-humaine? Peut-etre. Et sinon quoi?

mercredi 2 novembre 2016

The wounded man

Titre original: Kizuoibito
Annee: 1986
Nombre d'episodes: 5 OVA
Auteurs: Kazuo Koike & Ryoichi Ikegami


Yuko, une jeune journaliste pratiquante de karate, part en reportage en Amazonie a la recherche d'un mysterieux Rio Baraki, de son vrai nom Keisuke Ibaraki, mais plus connu sous le surnom de White Haired Devil. Elle le rencontre effectivement contre toute attente... et celui-ci la viole.

Bon, au moins vous etes prevenu, on ne rigole pas dans cet anime. Contrairement a ce que pourraient laisser penser le resume ou les premieres minutes de la serie, c'est bel et bien Keisuke le heros principal. Et on est parti pour un melange de violence, de sexe, avec un perso aux capacites surhumaines, et evoluant dans le milieu de la pegre. Si cela vous rappelle un peu Crying Freeman, y compris graphiquement parlant, c'est tout a fait normal puisque le manga d'origine est signe des deux memes auteurs!! (c'est d'ailleurs Ikegami qui signe les jaquettes des OVA) L'amour y joue aussi un role important, mais helas, quasiment chaque fois qu'une femme tombe amoureuse de Keisuke, elle est condamnee a mourir a breve echeance...

Contrairement a Freeman, on ne peut pas dire que Keisuke attire la sympathie. Le premier etait certes un tueur, mais avait un bon fond. La, notre heros n'hesite pas a TOUT pour accomplir sa vengeance, y compris a violer des femmes (Yuko ne sera pas sa seule victime), ou laisser torturer un innocent juste pour pouvoir soutirer des informations.

Kizuoibito aurait parfaitement pu etre un bon nanar d'action americain des annees 80. D'ailleurs, sauf le debut au Bresil, toute l'action se deroule aux Etats-Unis. Mais ce qui pourra peut-etre faire tiquer, c'est certaines idees bien WTF dont je vais donner quelques exemples:
-Keisuke a pour ennemi mortel une organisation secrete nommee GPX. GPX ca veut dire God pornographic X-rated, il s'agit d'une societe editant des films X underground pour public fortune, mais pas n'importe lesquels, puisqu'ils mettent en scene des stars (de l'epoque) du cinema ou du sport! On sera ainsi ahuri de decouvrir un extrait de projection ou Sylvester Stallone se fait faire une petite gaterie par Madonna! Et comme le graphisme est tres realiste, pas de doute, on les reconnait tout de suite... (le visionnage de l'anime se justifierait presque rien que pour ca)
-Que trois personnes, dont deux sans aucune connaissance du sujet, parviennent a fabriquer un bateau a moteur de plusieurs metres, avec tout le confort moderne, et en plus le chargent de plusieurs tonnes d'or et de pierres precieuses, laisse reveur...
-Keisuke et une de ses conquetes baisent tranquillement sur le pont du dit-bateau sous le regard des douaniers bresiliens, sans leur preter attention...

Bref, si vous cherchez un scenar credible et realiste, allez voir ailleurs.
Cela etant, l'anime est tres bien realise, la mise en scene est excellente, et on ne s'ennuie pas une seule seconde! Pris pour ce qu'il est, Kizuoibito est plutot une reussite dans un esprit totalement eighties mais, soyez bien avertis, avec une violence parfois assez crade. Je me suis fait les 5 episodes a la suite, soit tout de meme plus de 3 heures.
La fin pourra laisser mitige mais elle a au moins le merite d'exister.


Vu le contenu de l'anime, pas de video cette fois-ci.