mercredi 22 mars 2017

Les OVNI et la science

Lu sur
http://www.astrosurf.com/luxorion/index.htm
site sur l'astronomie


Alors que le nombre d'observations enregistrées à travers le monde augmente chaque jour, le problème de l'interprétation du phénomène OVNI reste entier. Pourquoi ? Certains astronomes refusent de parler d'extraterrestres comme d'autres sont persuadés que nous sommes visités. A l'heure actuelle rien ne prouve que la vie ait évolué ailleurs que sur Terre. La question serait donc entendue si on ne faisait pas preuve d'un peu d'imagination.
Les efforts confondus des chercheurs ont permis de poser les fondements d'une étude sur laquelle nous pouvons extrapoler des idées plus générales, sans pour autant verser dans la science-fiction.

Que diriez-vous à celui qui vous annonce qu'il a vu un OVNI ou un extraterrestre près de chez lui ? Beaucoup d'adversaires de l'étude scientifique du phénomène OVNI le classeront d'office parmi les excentriques sans même prendre le temps d'étudier les faits : Ridicule ! Canular ! Sans intérêt ! Encore un illuminé ! Telles sont les réponses que ces gens donneront pour "expliquer" cette allégation qui les dépasse.

Dans un monde où les médias ont pris le pouvoir, beaucoup de gens confondent les paroles des journalistes avec celles de la Bible. On croit ce qu'on lit et entend par facilité sans en critiquer le sens profond. On dérape ainsi rapidement vers un manque total de discernement devant la réalité. Il devient alors facile de prendre position arbitrairement sur quantité de sujets alors qu'en fait on ne les connaît pas.
Mais le monde se vit sur le terrain, loin du petit écran et des bibliothèques. Si nous voulons comprendre le phénomène OVNI, les chercheurs doivent sortir de leurs laboratoires et ne pas conclure hâtivement leur étude sur base d'un rapport et certainement pas sans avoir contrôlé leurs sources.

Bien sûr, par manque de temps ou de moyens il faut savoir déléguer et faire confiance aux autres. C'est ici que les associations d'ufologie à vocation scientifique ont un rôle à jouer. A travers leur réseau d'enquêteurs avertis et de petites mains, elles assurent un premier filtrage des notifications et encodent toutes ces données en respectant certains critères afin que les chercheurs disposent de données normalisées. Certaines associations s'avancent même à certains conclusions dans la mesure où elles disposent de suffisamment de données. On n'en attend pas moins d'une organisation qui se donne un objectif scientifique.


Le chercheur qui veut se donner les moyens d'étudier un cas particulier de manifestation d'OVNI doit d'abord convaincre son autorité de l'intérêt de sa démarche et du potentiel scientifique qu'elle pourrait révéler.
La tâche est souvent ardue car l'ufologie étant reléguée dans les pseudo-sciences, l'autorité jugera que cette étude n'est pas prioritaire. Mais comme nous le répéterons encore, tant que l'ufologie ne devient pas une science, elle n'a aucune chance d'accéder à la reconnaissance ! Et par conséquent, elle n'obtiendra jamais de crédit si nous continuons à la considérer de cette manière.


Certains lecteurs répondront : « c'est tout expliqué », faisant référence aux canulars et autre méprises. C'est vrai pour ces exemples là.
Mais que dire des incidents classés "inexpliqués" : ce grand triangle qui survola la Belgique ou des sites militaires, ces lumières de Lubbock ou de Phoenix, ces zones brûlées restées stériles durant des années au milieu des champs, ces automobiles qui tombent en panne à l'improviste et redémarrent après le passage d'un OVNI ? Qui oserait dire aux victimes qui ont été blessées, contaminées, dont le mari est mort après avoir été touché par un rayon lumineux ou aux familles ayant perdu un fils ou un mari qu'il a été victime d'hallucinations ? Cette fois ce n'est pas le témoin qui n'est pas crédible mais le pseudo-scientifique imbu de sa science jamais mise en défaut plaçant la théorie avant les faits.

Inversement, nous devons rester très prudents et ne pas conclure de suite à l'intervention extraterrestre parce qu'un événement demeure inexpliqué en vertu de nos théories actuelles ; l'hypothèse extraterrestre est la moins convaincante d'entre toutes car aujourd'hui elle tombe littéralement du ciel comme un postulat que rien ne vient démontrer.


Il est vrai que nous connaissons très mal la nature ainsi que les facultés du corps humain, le pouvoir de l'esprit sur les sens ou nos réactions lors d'un stress intense. Le corps peut se défendre seul et conduire la victime vers des états mentaux ou physiques anormaux pouvant entraîner sa mort ou des symptômes cliniques graves. Mais cela n'explique pas par exemple une contamination soudaine corrélée avec le contact visuel ou physique avec un OVNI. Dans ce cas d'espèce il y a tout lieu de croire que l'incident trouve son origine dans une manifestation de l'OVNI dirigée volontairement ou non contre la victime. L'explication est donc ailleurs et pour l'instant... nulle part. Personne ne comprend ce qui s'est produit mais l'effet fut bien réel.

Dans ces situations, rien ne peut valider la thèse du canular et pratiquement personne ne peut soutenir l'hypothèse de l'accident ou de la panne dans le cas de la perte d'un avion en vol ou la mutilation volontaire dans le cas des brûlés ou des irradiés. Reste un événement naturel inconnu et en désespoir de cause, un phénomène extraterrestre. Mais comment le démontrer ? C'est toute la difficulté de cette entreprise où les enquêteurs et les scientifiques sont confrontés à des situations empiriques non reproductibles et aléatoires.

Vous me direz que l'étude des météores est du ressort de la science alors que ces poussières d'étoiles tombent aléatoirement du ciel. Pourquoi l'ufologie ne serait-elle donc pas aussi une science ? En fait si certains météores tombent aléatoirement, beaucoup de manifestations sont associées à des essaims, des pluies d'étoiles filantes. C'est parce qu'elles se répètent mois après mois, année après année, qu'on peut envisager de les étudier et même de les capturer sur l'orbite de la Terre. Essayez d'en faire autant avec ces évanescents OVNI... Les pilotes qui ont tenté l'aventure n'en sont pas tous revenus...

C'est pourquoi, lors de l'apparition d'une vague d'OVNI, il est très important que toutes les compétences soient rapidement sur le terrain pour tenter de cerner la situation. C'est en temps réel que l'ufologie acquérra sa légitimité, jamais dans les bureaux des rédactions, dans un débat télévisé ou au cours de conférences supranationales.


En clôturant en 1972 une enquête mise sur le chevet 25 années plus tôt, le Dr Hynek écrivit dans son ouvrage à propos du phénomène OVNI : "Il existe un phénomène [qui doit faire] l'objet de recherche [...] systématique et rigoureuse. [C'est] un domaine du monde naturel non encore exploré par la science [qui peut] par sa valeur potentielle contribuer à éclairer le genre humain et le faire progresser".

Il est vrai qu'à cette date le phénomène OVNI était relégué dans les disciplines des sciences humaines. Si le sujet n'a acquis que bien difficilement une certaine considération scientifique, c'est aussi "parce que l'explication butait sur un phénomène qui refusait de s'intégrer au cadre scientifique du moment. Hors de tout contrôle, il est impossible de se baser sur les seules observations fortuites faites par des particuliers. Il s'agit d'observations empiriques, des observations effectuées directement par les moyens des sens [...] et dont la confrontation avec les théories scientifiques se révèle incapable de l'expliquer sans révisions ou modifications fondamentales".

En fait, les études entreprises dans les années 1950 ne reposaient sur aucun canevas. Peu d'associations travaillaient de façon systématique, tant dans le rassemblement des données que par l'adoption d'une terminologie uniforme des descriptions ou l'analyse des comptes-rendus. Les études les plus sérieuses ont été entreprises par le Dr Hynek bien entendu, le Dr David Saunders, Jacques Vallée ou Michel Bougard. Il faut également citer le Dr Donald H.Menzel, mais parti d'un préjugé défavorable, il "expliqua" toutes les observations. Aujourd'hui, en collaboration avec des professionnels et des journalistes, plusieurs groupes bénévoles se sont constitués : l'APRO, le NICAP, le MUFON, le SEPRA, la SOBEPS, etc., qui tentent d'apporter leur modeste contribution à l'édifice de la science bien que leur action soit parfois sujette à caution.


"Toute étude sérieuse doit comporter une recherche raisonnée des corrélations et des schémas". Il faut comparer les catégories d'observations, confronter les évolutions attribuées aux OVNI au sein de chaque catégorie et tenter de dégager des similitudes.
Ce travail de bénédictin est aujourd'hui assuré. Mais un problème vient de suite se greffer sur cette recherche. Aux Etats-Unis la commission Condon de l'USAF dépensa en vingt ans, plus d'un demi-million de dollars pour son Blue Book sur les OVNI, sans même que ses membres n'aient pu envisager une étude systématique du problème qu'ils classaient quasi chronologiquement. Une telle tâche impose un budget 10 fois supérieur et ne pourrait être entreprise par des organisations privées. Si le phénomène OVNI n'accède pas un jour ou l'autre à la respectabilité scientifique, il est vain de vouloir élucider le problème.


Ainsi que le rappelait fort opportunément l'astronome français Pierre Guérin : "Il n'y a que la façon de l'étudier qui est bonne ou mauvaise, et ce n'est pas manquer de sérieux que s'en occuper sérieusement". Que les scientifiques en prennent bien note.

Au fil du temps le Dr Hynek put extraire un ensemble de données qui l'ont convaincu de l'existence d'un réel problème. Beaucoup d'observations d'OVNI font ressortir des invariants qui peuvent faire l'objet d'études.
Le phénomène est loin d'être incohérent, des enregistrements officiels civils et militaires ayant surmonté les épreuves du filtrage et de l'analyse existent, sans commun rapport avec les déclarations de fanatiques; des brûlés peuvent en témoigner et pourtant les explications restent irrationnelles.

Il n'y a pas que des farfelus qui observent ces phénomènes; toutes les classes de la population sont touchées : des fermiers peuvent en témoigner, des écoliers, des routiers, des photographes, des militaires, des pilotes de ligne, des gendarmes, des astronomes, des techniciens, des physiciens, des météorologistes,... Heureusement, du fait que les OVNI ont été observé par des témoins de formation universitaire et parfois asermentés, jugés a priori digne de confiance, ils suscitent l'intérêt de centaines de scientifiques.

Dès qu'il enquêta sur les notifications d'OVNI, le Dr Hynek utilisa une échelle quantifiée de crédibilité des témoins et détermina le degré d'étrangeté des observations pour parvenir à une définition claire du phénomène OVNI. L'étrangeté oscille de 1/10 à 10/10 en fonction du nombre d'éléments d'informations récoltés. La probabilité, qui juge la crédibilité des témoins, oscille entre 3/10 si le témoin est seul, 3.5/10 s'il y a plusieurs témoins, 5/10 si l'un des témoins à des connaissances scientifiques ou techniques, etc. Aujourd'hui tous les rapports mentionnent de telles échelles. Les témoignages se répétant, il demeure après analyses un pourcentage d'observations présentant une étrangeté maximale et une forte probabilité ; ils n'admettent aucune explication rationnelle.

Le témoignage doit être pris si possible, dans les quelques heures qui suivent l'observation, non pas pour éviter d'en perdre le souvenir précis mais pour pouvoir reconstituer les circonstances de l'incident. Si l'événement est fort inhabituel les témoins peuvent très bien se souvenir de leur observation bien des années plus tard, mais la difficulté sera alors de retrouver ces personnes. En outre, l'environnement et l'infrastructure publique peuvent être modifiés au fil des années et il pourrait s'avérer très difficile de reconstituer tous les événements.


Tout journaliste qui se respecte fait usage de la critique des sources. Sur les bancs de l'université ils ont appris qu'il faut impérativement obtenir d'autres comptes-rendus, trouver les témoins impliqués, leur nom et leur adresse, car le témoignage isolé est souvent imprécis, flou, contradictoire. Les questions ne peuvent pas être inductives, du style "était-ce un objet métallique ?" qui tromperait la cohérence du témoignage. Les enquêteurs doivent ensuite vérifier l'authenticité du document car il peut être manipulé depuis le début; il est plus facile de témoigner contre son intérêt pour confirmer un fait ou de devenir l'avocat de sa propre cause. L'état physique et mental du témoin est déterminant; il faut savoir s'il a ou non un intérêt professionnel à relater son observation. C'est dans ce cadre que le témoignage de personnes sensibles au ridicule (scientifique, militaire, cadre, dirigeant d'entreprise, pilote d'avion par exemple) mérite toute notre attention, sans négliger une analyse scrupuleuse. Car quel directeur de société serait pris au sérieux s'il avouait avoir vu une soucoupe volante ? Qui voudrait dans son équipe un mythomane? Il faut également vérifier la convergence des témoignages. Quels sont les caractères constants, qui a relaté l'événement, l'a recueilli, par quel truchement ?

"Les scientifiques dit le physicien Peter Sturrock de l'Université de Stanford ne sont pas encouragés, ni supportés, ni financés pour la recherche des OVNI". Sturrock, qui reçut des subsides du philanthrope Laurence Rockefeller, avoua que les ufologues gagneraient un plus grand respect si les magazines académiques réputés acceptaient d'ouvrir leurs pages à leur recherche. Selon le physicien Michio Kaku, "les universités découragent également ce type de recherche car elles n'accordent jamais de "tenure" (statut de titulaire) aux scientifiques qui sortent des limbes et souhaitent étudier le phénomène OVNI. Ce serait une bonne idée de commencer à se poser ces questions après avoir été titularisé".

En 50 ans, l'ufologie n'a pas progressé. Or les outils existent mais on n'offre pratiquement jamais aux associations honnêtes la possibilité de les utiliser : satellites, radars, instruments de mesures...
Nous pouvons prendre des exemples dans d'autres disciplines. La découverte des nouveaux continents ou des animaux exotiques a toujours été le fruit du hasard et les récits des premiers explorateurs ont toujours été tournés en dérision; ils furent traités de fabulateurs quand ils racontaient avoir vu des glaces flottantes mesurant 100 m de haut en remontant vers le Nord ou des animaux au coup démesuré et à la robe tachetée en Afrique. Au XIXeme siècle les scientifiques ne croyaient pas les marins rapportant notamment l'existence des chimères qu'étaient les calmars géants. L'okapi était inconnu des Européens. L'impact des météorites n'était pas pris au sérieux. Encore récemment les scientifiques ne croyaient pas aux vagues scélérates, à la survie de créatures dans des conditons extrêmes ou aux jets de plasma (sprites) émis du sommet des cellules orageuses dans la stratosphère. Ces phénomènes inexpliqués et très étonnants étaient considérés comme des rumeurs et restèrent au mieux comme autant d'énigmes jusqu'à ce que la science se donne les moyens de les étudier rigoureusement. Cette décision ne peut plus être l'affaire d'un seul homme, aussi courageux soit-il, prêt à affronter l'Académie des Sciences, tel l'astronome Jean-Baptiste Biot au XIXeme siècle discutant des pierres qui "tombaient" du ciel devant des savants bien sceptiques.
Semblable à ce squelette d'ornithorynque que les scientifiques considéraient comme un canular jusqu'à ce qu'ils voient l'animal de leurs propres yeux, l'ufologie est en quête d'un statut.


Ainsi que l'ont dit Michio Kaku et d'autres physiciens au symposium d'ufologie de Washington en 2002, il est temps que la communauté scientifique et tous les organes qui gravitent autour d'elle dont les magazines scientifiques acceptent le défi de considérer la problématique des OVNI comme du ressort de la science, au même titre que n'importe quelle énigme scientifique.
Le radioastronome et l'ufologue reconnaissent l'existence de phénomènes non identifiés mais ne croient pas qu'il y ait un rapport avec la vie extraterrestre. L'ufologie telle que définie par la SOBEPS, le MUFON et quelques autres grandes organisations d'ufologie confirme cette idée : "strictement l'analyse des faits sans interprétation a priori"; l'ufologie - quand elle le veut - respecte donc bien la démarche scientifique. Mais d'un autre côté, on ne donne pas aux scientifiques les moyens de mener des enquêtes rigoureuses. "Apportez-nous une preuve disent les responsables et nous mettrons hommes et matériels à votre disposition". Mais comment voulez-vous apporter cette preuve sans avoir de moyens d'actions ? C'est un cercle vicieux qui enferme encore trop souvent l'ufologie dans la pseudo-science.


Les historiens et les astronomes sont aux premières loges pour apprécier des causes indéfendables mais ils seraient disqualifiés aux yeux des associations ufologiques honnêtes car ils croient eux aussi que Galilée avait raison; personne n'a connu ce personnage et pourtant les astronomes croient ce qu'il disait à propos du mouvement de la Terre : "Et pourtant elle tourne". Même aujourd'hui, nous n'avons que des indices de ce phénomène. Restons donc prudent en abordant une matière si controversée, où témoignage et imagination se confondent souvent.

Mais au lieu de critiquer, quelle décision faudrait-il prendre ? Les ministres de la recherche scientifique devraient étudier cette question et présenter un projet visant à changer le statut de l'ufologie. En Belgique, nous avons expliqué de quelles manières le physicien Léon Brenig de l'Université Libre de Bruxelles collabore à cette tâche. Avec leurs collègues de la Défense nationale, du ministère de l'Intérieur et des Affaires étrangères, nos ministres devraient également envisager l'accès aux dossiers militaires classés "top secret". L.Brenig nous rappelle à ce sujet que les images satellites doivent vraisemblablement contenir des données d'un grand intérêt. Pourquoi ne pas détourner les caméras d'un satellite de surveillance lorsque survient une vague d'OVNI au-dessus d'un site particulier... Si nous voulons clarifier ce problème la transparence est de rigueur.


Nous voulons tous savoir ce que sont les OVNI. Dans ce cas pourquoi ne pas accorder une chance aux ufologues honnêtes et leur proposer une reconnaissance par leurs pairs, une chaire académique, des crédits de recherche et le droit d'être publié dans les magazines académiques ? Le magazine Nature aborde de temps en temps ce sujet mais le plus souvent sous l'angle des sciences humaines ou pour dénoncer une méprise (phénomène géophysique, électromagnétique, etc) ou une expérience pouvant expliquer une énigme.

Mais de nos jours un scientifique (physicien, etc) ne pourra jamais publier un article dans Nature ou Science spéculant sur les propriétés physiques des OVNI ou échafaudant une théorie à leur sujet. Or ces magazines n'hésitent pas à publier des spéculations encore plus débridées dans d'autres disciplines théoriques, pourvus que l'article soit signé par une sommité ou ait fait l'objet d'une thèse. C'est ainsi qu'on découvre des articles discutant des univers multiples en physique quantique (Hugh Everett), des trous de vers (Albert Einstein), d'univers à 11 dimensions (Michael Green), des propriétés des trous noirs (Stephen Hawking), de sondes de Von Neumann explorant la Galaxie (Michio Kaku), d'ordinateur quantique travaillant dans des dimensions excédentaires (Isaac Chuang), de l'aboutissement des civilisations avancées (Freeman Dyson), de l'évolution ultime de l'univers (Steven Weiberg), etc.
Plus d'un spécialiste a déjà publié des lettres ouvertes sur un ton plutôt humoristique, sans doute pour ne pas déplaîre à ses confrères, mais réclamant tout de même que ce genre "d'épidémie" soit contenue et qu'on en revienne à des discussion plus réalistes... preuve s'il fallait le démontrer que ces théories originales ne plaisent pas à tout le monde et que certains scientifiques ne veulent pas faire l'effort de comprendre les idées qui sortent de leur quotidien rationnel. Ces auteurs mal vus par leurs pairs n'ont pas d'autres alternatives que de se taire jusqu'à leur titularisation, de changer d'université ou de travailler à leur compte.

Comme tout ce qui sort du cadre de la normalité et qui dérange, l'ufologie a donc une image a priori défavorable dans la communauté scientifique qui a un parti pris évident à son encontre : c'est une pseudo-science et elle le restera. Sans un événement probant ou une reconnaissance publique, ce genre de préjugés ne peut pas être balayé en une génération.

En outre une communauté est par définition unie, stable et souvent hermétique au changement. Dans l'esprit de beaucoup de scientifiques, un électron libre comme une ancienne pseudo-science, à peine asservie à la méthode scientifique, représente un risque pour la communauté. Reconnue par ses pairs, s'avançant d'un pas assuré sur les marches d'un Panthéon jusque là réservé à des intellectuels, l'ufologie fait peur aux scientifiques car ils pensent qu'en l'acceptant parmi eux ils risquent de perdre leur crédibilité. Cet état d'esprit ne repose sur aucun fondement.
Certains scientifiques étroits d'esprit ne verront jamais dans l'ufologie qu'un mythe alors que les plus ouverts y décèleront déjà quelques intéressants sujets d'études. A nous de convaincre les chercheurs les plus réticents qu'il y a matière à réflexion et de soutenir ceux qui essaient de dénouer ce noeud gordien. Une minorité de gens peuvent vous changer un monde.

Pour l'heure, le phénomène OVNI est toujours écarté des sujets académiques et des auditoires comme si le sujet n'était pas digne d'intérêt. Pourtant, à entendre les militaires, ils ont déjà investi des millions de dollars dans cette énigme soi-disant sans intérêt. Cette attitude n'est pas cohérente.

Mis à part les militaires, ceux qui s'intéressent sérieusement au phénomène OVNI sont généralement des chercheurs indépendants, privés, quelquefois des physiciens attachés à une université libre mais jamais à temps plein, ainsi que des scientifiques mais qui n'acceptent d'en parler soit qu'à titre privé soit une fois parvenus à l'âge de la retraite. Cela signifie qu'au XXIeme siècle le phénomène OVNI présente encore toutes les caractéristiques du sujet mis à l'Index, au point que le scientifique qui s'y investit publiquement risque de mettre sa carrière professionnelle ou sa réputation en jeu.
Cette attitude doit être dénoncée car elle est scandaleuse en ces temps modernes, contraire aux principes démocratiques, et en science les garde-fous de la vieille méthode scientifique sont tout à fait capables de gérer les éventuels écarts de la jeune science ufologique, même si elle doit encore reposer sur des données empiriques.
Mais cet espoir est peut-être naïf quand on connaît aujourd'hui la valeur d'un "bon" sujet d'étude dans l'allocation des crédits de recherche et l'importance de la réputation d'une université. Ce changement de mentalité est peut-être également trop précoce quand on connaît l'histoire des sciences et leur façon de fonctionner.


Si la notification d'un OVNI n'améliore généralement pas la réputation de son auteur, inventer une théorie originale à leur sujet ne place pas nécessairement non plus son auteur dans une position enviable. De nombreuses théories ont été jugées farfelues puis acceptées du bout des lèvres avant de devenir des paradigmes : la théorie héliocentrique de Copernic, la théorie de la dérive des continents de Wegener, la théorie de l'évolution de Darwin, la théorie de l'atome de Bohr, la théorie de la Relativité d'Einstein, la théorie du Big Bang, etc.

Tous ces concepts sont effectivement très étranges. Mais est-ce pour autant impossible ? Il faut étudier le sujet pour le savoir et trouver dans la nature des sujets d'expériences pour les valider. Auriez-vous cru Darwin quand il disait que nous descendions du singe ? Combien de personnes supportent la théorie M en physique quantique ? S'écarter des sentiers battus exige de l'audace. Il faut aussi de l'imagination, accumuler des preuves et si possible prédire de nouveaux événements.


En effet, si la science s'est peu à peu implantée en Occident au détriment de la philosophie et des parasciences, c'est avant tout par souci de construire un monde simple et cohérent, bien à l'écart de la confusion du langage et des phénomènes dits surnaturels, ces derniers offrant toutes les caractéristiques de la mystification et de l'incontrôlable sens du hasard. Malheureusement, à quelques exceptions près (les vagues d'OVNI) l'ufologie répond parfaitement à ces derniers critères.
La Science moderne a bâti un monde qui convient à une large majorité d'individus mais qui n'est sans doute qu'un pâle reflet de la réalité. Cette représentation théorique nous convient tant que les phénomènes rentrent dans l'une des catégories prédéfinies du Savoir. Ceux qui refusent de s'intégrer dans cette normalité du fait de leur étrangeté ou de leur rareté sont rejetés sine die. C'est ainsi que faute d'être reproductible et à défaut d'être soutenu par une théorie cohérente, le phénomène OVNI est resté en marge du débat scientifique.


Si toutes les enquêtes menées auprès de scientifiques ayant étudié le problème OVNI confirment qu'ils sont presque tous favorables à ce genre d'étude, il faut bien reconnaître que ceux qui s'en désintéressent sans même avoir consulté les dossiers ne respectent pas la démarche scientifique. Ces soi-disant respectueux de l'objectivité, prétendant parfois au prix Nobel et à la reconnaissance publique embrassent une science en quête d'utopiques absolus. Car dans le vaste flot des témoignages, il reste ce pourcentage pour lequel aucune réponse n'est satisfaisante. Espérons qu'à l'avenir la science apportera un peu de lumière sur ces notifications réellement énigmatiques.

vendredi 17 mars 2017

Psychic Wars

Titre original: Soujou senshi Psychic Wars
Annee: 1991
Nombre d'episodes: 1 OVA
Auteur:Yasuaki Kadota

Retsu Ukyo, un chirurgien de talent, se retrouve malgre lui investi de pouvoirs psychiques, afin de retourner 5000 ans arriere pour lutter contre des monstres et changer le cours de l'Histoire...

Adaptation d'un roman, on se retrouve encore une fois en face d'un truc de baston sanglante contre des monstres... Le scenar est toujours au ras des paquerettes, mais il est tout de meme (un peu) plus pousse qu'a l'accoutumee, grace au coup du voyage temporel.


Les persos principaux sont insipides (Retsu reste toujours imperturbable, comme si ce qui lui arrivait ne l'etonnait pas plus que ca), mais leurs doubleurs reussissent a leur donner une certaine consistance. Plutot bien realise, avec un superbe chara design de Masami Suda qui nous rappelera Hokuto no Ken, et pas trop mal mis en scene ca se laisse regarder, mais c'est le genre d'OVA que vous aurez oublie a peine quelques jours apres visionnage...
Il semblerait qu'initialement il y aurait du avoir deux autres episodes, on s'en passera sans regret.

Le debut

jeudi 9 mars 2017

Etranges recherches Google...


Parfois, y a des gens qui tapent des requetes etranges sur Google. Mais vraiment. Petit florilege recupere sur divers sites.
Attention, certaines sont pour public averti...

*Salaire d’un ninja
*Comment devenir un ninja gratuitement? (faudrait savoir...)
*Manger du requin sur Metz
*Fabriquer casque Bioman
*Récit dressage de travesti
*Hélène Roch Voisine contexte socioculturel
*Photos des cuisses de mamies
*Sodomie Auvergne
*Chef de produit Tampax
*Raffarin + Darth Vador (une de mes preferees!)
*Photo d’un mouton et d’une boule à suspendre
*Devenir pute en 10 étapes
*Partouze à Dinard (petite ville bretonne de 10000 habitants)
*Est-ce que le soja accélère la repousse des poils ?
*Chanson française contenant na, na ,na, na, na (le generique d'Intervilles?)
*E.T. l’extraterrestre + fellation + vidéo
*Gastro avec mon chat
*Tetons célèbres
*String pour enfant
*Sites de rencontres pour chats
*Lady Gaga est-elle un homme ?
*Comment faire une recherche Google ? (tres tres forte celle-la)
*Le Père Noël existe-t-il vraiment ?
*J'aime faire l'amour a du fromage de chevre
*Aidez-moi a pirater un compte Facebook
*Les pingouins ont-ils des genous?
*Comment gagner a la loterie? (si seulement...)
*Mais ou est Mickey?
*marathon couille qui pend
*Super sexy Maïté (tous les gouts sont dans la nature...)
*Je suis dependante au dentifrice
*Pourquoi les extra terrestres sont-ils toujours nus?
*le blanc d’œuf est il du sperme de coq?
*Partouze échangiste géante avec deux mille clones de tous sexes de la même personne
*Pingouin CV
*Comment arnaquer les gens avec Internet ?
*nike tamére google
*Christine Boutin Prix Nobel

En revanche, certaines sont assez terrifiantes...
*Vidéo d’un enfant remplacé par erreur contre un poulet dans le four
*espionner sa femme
*Comment tuer sa femme sans laisser de trace
*Comment cacher un cadavre (dans le meme genre que la precedente)
*Pourquoi j'ai mange mon pere
*Comment s'en sortir après avoir commis un meurtre
*Je veux rejoindre Al-Qaïda

dimanche 5 mars 2017

Hong Lang

Titre original: Hong Lang
Annee: 1993
Nombre d'episodes: 1 OVA
Auteur: Masahiko Takajo
(Attention, Hong Lang est parfois traduit en anglais par Crimson Wolf, le hic c'est qu'il existe un manga beaucoup plus recent dont c'est aussi le titre international...)
A la fin du XXeme siecle, un groupe d'archeologues decouvre la tombe de Genghis Khan, et le cadavre momifie de ce dernier. Malheureusement, le fantome de celui-ci se reveille pour annoncer que 1000 jours plus tard, les esprits des Trois Grands Rois (dont lui-meme et Mao!!) reviendront pour conquerir l'Europe, puis detruire l'Humanite... Mais si les trois individus connus sous le nom de Hong Lang parviennent a unir leurs forces, ils pourront empecher l'Apocalypse.

Avouons que l'idee de depart est assez dejantee... Tout ca en plus pour nous offrir un simple anime de baston. L'ambiance est plutot reussie, les persos sont corrects, et voir comme mechants Mao et Genhis Khan est plutot rigolo, bien que ca ne volle evidemment pas tres haut. La realisation est honnete, avec un chara design typique du debut des annees 90.

Mais il y a deux choses qui m'ont interpelle. La premiere, c'est une bonne grosse scene de sexe au milieu de l'OVA. Je ne dis pas qu'elle ne se justifiait pas au vu de l'histoire, mais c'etait franchement inutile d'en faire autant! Le suggerer ou meme simplement se contenter d'un simple baiser auraient eu le meme effet. Ca me rappelle un peu le 2eme episode de Megazone 23 avec sa sequence "hentai". Parce qu'on l'enleve, et l'anime devient Rated 13 (15 au pire, c'est quand meme un peu violent).

Et puis, ce qui en ce qui me concerne, et la seule chose qui permet a Hong Lang de sortir du cadre "anime anecdotique que tout le monde a oublie et qui va retourner dans les limbes", c'est un plan qui dure a peine une seconde, dans laquelle on peut clairement distinguer dans le decor... Chun Li de Street Fighter 2!!! J'ai bondi de mon siege quand j'ai remarque ca. Cela reste bien entendu un peu trop leger pour justifier le visionnage... Inutile de perdre son temps avec cet OVA.


L'OVA

lundi 27 février 2017

Junk Boy

Titre original: Junk Boy
Annee: 1987
Nombre d'episodes: 1 OVA
Auteur: Yasuyuki Kunitomo
Junk Boy raconte les aventures comico-erotiques de Ryohei Yamazaki, qui n'a rien a envier a Ryo Saeba tant pour le cote obsede que la frequence et la durete de ses mokkori (genre il souleve une table avec...)

Soyez prevenus, si ce n'est pas du porno hardcore, c'est quand meme pour public averti, et surtout d'un humour bien gras tres au-dessous de la ceinture!
A la base manga en 18 volumes assez populaire (vendu a 5 millions d'exemplaires tout de meme), ce dernier a ete adapte sous forme d'un OVA beneficiant d'un soin assez consequent. En effet, c'est le studio Madhouse a la realisation, et parmi le cast on retrouve des pointures du doublage comme Hiromi Tsuru ou Takeshi Kusao! C'est assez rare dans un DA "pour adultes"pour qu'on le mentionne.


J'ai beaucoup aime le generique de fin, pas pour la chanson (assez bof), mais les images et la mise en scene sont tres reussies.

Bon, a vous de voir. Si l'humour graveleux et des mokkori a tout bout de champ ne vous derangent pas, alors vous passerez surement un tres bon moment.


(Vous comprendrez que je ne peux mettre d'extrait cette fois... Mais on trouve l'anime tres facilement)



lundi 20 février 2017

Yahoo Japan Auction VS Ebay


Quand on est fan de jeux video japonais et/ou de japanim, deux sites d'encheres sont incontournables: Yahoo et Ebay. Maintenant, chacun a ses points forts et ses points faibles, et selon qu'on soit en position de vendeur ou d'acheteur ca peut etre le jour et la nuit. Nous allons donc essayer d'etablir un comparatif.


1/le choix
La, y a pas photo. Si on tape jeux video + Japon sur Ebay.com, on trouve 160000 references. Il y en a evidemment davantage, car tous les vendeurs ne precisent pas forcement la nationalite du soft mais meme, on ne doit pas depasser les 200000. 515000 sur Yahoo, plus du double. Bon c'est un peu normal quand meme! Le ratio par console n'est pas forcement le meme non plus, on a bien plus de jeux PC-Engine sur Yahoo que sur Ebay, et inversement davantage de jeux X-Box 360 (88000 contre 7400 :) ) sur Ebay.
Et pour ce qui est de la japanim c'est meme pas la peine, Ebay pourrait ne pas exister que ca ne changerait pas grand chose.
Yahoo: 1

2/la variete des categories
Il y en a davantage sur Yahoo, avec carrement pour une serie donnee personnage par personnage! En figurines par exemple vous avez la categorie One Piece, sub-divisee en 13 sous-categories (les 12 persos les plus populaires + "les autres")
Et surtout la categorie "pour adultes"! On ne peut pas trouver de produits pornographiques sur Ebay. Sur Yahoo environ 850000 references... Donc quand on cherche du jeu PC ou du dojinshi X c'est pas le choix qui manque (cela etant il faut etre loggue pour avoir acces a cette categorie)
Yahoo: 1

3/le design global
C'est tres subjectif j'en conviens. J'aurais tendance a les mettre a egalite meme si Yahoo a la penible habitude de changer son design un peu trop souvent.
Yahoo: 1 / Ebay : 1

4/l'ergonomie en tant que vendeur
Ebay sans doute possible. Une horreur sur Yahoo. D'une part on est limite a 3 photos gratuites par enchere (12 sur Ebay!), meme si bien sur on peut contourner le probleme avec du code html mais tout le monde n'en est pas capable, et ca prend du temps de toutes facons. D'autre part, au moment de la mise en vente, il faut les selectionner puis valider une par une (on peut tout grouper sur Ebay)
Ebay : 1

4 bis/l'ergonomie en tant qu'acheteur
La, ca se vaut a peu pres...
Yahoo: 1 / Ebay : 1

5/ special
Sur Ebay un compte unique sert a la fois pour acheter et vendre. Sur Yahoo non! Seul le compte acheteur est dispo de base pour tout le monde. Si vous voulez vendre sur Yahoo, vous DEVEZ proceder a une demande d'identification avec piece d'identite mais on peut tres bien vous refuser. Meme en changeant de nom et d'adresse il se peut que ca ne passe toujours pas!
Yahoo: -1 / Ebay : 1

6/les frais en tant que vendeur
Bon, voila ce qui fache... Sur Ebay c'est juste dementiel, de quoi vous degouter de vouloir faire du commerce sur ce site.
Helas, Yahoo l'a rejoint recemment. Jusqu'en Novembre 2015, il prelevait 5% de la somme finale, quel que soit le type d'objet. Malheureusement, on est passe a 8,64% depuis (ca a donc presque double d'un coup!). En revanche, il n'y a PAS de frais d'insertion obligatoires, meme minimes (des frais facultatifs pour changer la couleur du titre par exemple, oui bien sur, mais c'est facultatif). Vous voulez remettre en vente en format enchere un objet toutes les 24 heures pendant 5 ans? Ca ne vous coutera RIEN. Ce qui est normal a mon sens...
Ebay par contre oh la la... Deja, d'une categorie a l'autre les frais varient (4% pour les consoles mais 9% pour les jeux. WTF??), plus souvent 9 que 4 d'ailleurs helas... Passe encore. Mais les frais d'insertion viennent tout plomber. S'il n'y en a pas pour les objets en achat immediat (manquerait plus que ca), c'est systematique sur les encheres. 1,15 dollars pour 3 jours. Faisons un rapide calcul: vous mettez en prix de depart a 20 dollars pour 3 jours renouvelables. Au bout de deux mois sans acheteur, vous avec deja perdu PLUS que le prix de vente initial!!!!!!!!!!! Faut pas se foutre de la gueule du monde non plus. Je hais Ebay pour ca, on les engraisse deja suffisamment avec les frais de vente reussie...
Yahoo: 1 / Ebay : -1

7/la duree des encheres
Entre 1 et 8 jours au choix sur Yahoo, en choisissant l'heure de depart (gratuitement!)
Sur Ebay c'est obligatoirement 3, 5, 7, ou 10 jours. Et si je veux mettre pour 1 ou 4 alors? Ben on peut pas... On peut aussi choisir l'heure de debut, mais c'est payant...
Yahoo: 1

8/"encheres"
Ebay n'est pas un site d'encheres, je suis desole. C'est un systeme batard a mi-chemin entre les encheres et la vente directe. "Une fois deux fois trois fois, aduge vendu!" vous connaissez non? Pas Ebay apparemment. Une vente qui doit se finir a 13:45 se finit a 13:45 quoi qu'il arrive, meme si on souhaitait surencherir. Resultat: un veritable rush dans les dernieres secondes, ce qui n'est pas pratique ni pour les encherisseurs ni pour le vendeur qui aurait peut-etre pu vendre plus cher.
Sur Yahoo, a moins de decocher l'option (mais personne ne le fait), quand il y a nouvelle enchere dans les 5 dernieres minutes, le compteur repart pour 5 minutes ad vitam eternam. Il n'est pas rare de voir des encheres se terminer plus d'une heure apres l'heure initiale.
Yahoo: 1 

9/accessibilite
Ebay est mondial, Yahoo seulement pour le Japon, tout du moins a 95%, et en japonais
Ebay : 1

10/paiement en tant que vendeur
Encore une fois merde. Paypal regne en maitre. Donc vous payez non seulement les frais d'insertion et les frais de vente reussie mais AUSSI la commission Paypal (3,40%)! De plus, si vous avez le malheur de resider dans un pays qui n'a pas son Ebay associe (ce qui est le cas du Japon), vous ne pouvez pas vendre dans la devise de votre pays mais uniquement en dollars (sur Ebay.com) ou en euros (sur Ebay.fr)
Petit calcul pour un objet vendu 20 dollars qui partirait au bout de la 3eme remise en vente:
20-(1.15*3)-(20*9%)-3.40%=14,24 MOINS encore les frais de conversion dollar/yen, ce qui au final nous couterait environ 0.50 dollars supplementaires, donc au final 13.74
13.74 sur 20, ca represente quasiment un tiers de la somme qui part en fumee!!
Sur Yahoo on serait a 8,64%, point :(
Yahoo: 1 / Ebay : -1

11/paiement en tant qu'acheteur
Sur Ebay, la plupart des gens utilisent Paypal, pas de frais, tres bien.
Sur Yahoo c'est generalement virement bancaire ou kantan kessai (un systeme ou on peut notamment payer par carte bancaire, son inconvenient est qu'il faut 3-4 jours ouvrables pour que la somme arrive sur le compte du vendeur, alors que le virement est immediat aux heures/jours ouvrables); tout depend de la banque que vous utilisez, les frais varient generalement entre 54 et 300 yen
Ebay : 1

12/la securite
Sur Ebay tout est fait pour favoriser l'acheteur. Combien de fois des vendeurs honnetes se sont-ils fait entuber a cause de litiges Ebay/Paypal!!! Je comprends qu'il faille proteger l'acheteur mais il y a un juste milieu...
Sur Yahoo c'est le contraire :( En cas de souci, ils s'en lavent les mains, il n'existe aucun moyen de recuperer son argent, au cas ou... En plus il faut obligatoirement deposer une plainte au poste de police avant de pouvoir en faire appel a Yahoo... quand ils daignent repondre.
Bien entendu, dans un pays comme le Japon ou les gens sont visceralement honnetes, il y a mille fois moins de risques d'avoir une mauvaise surprise mais ca ne veut pas dire que ca n'arrive jamais. Ca peut etre involontaire d'ailleurs.
Exemple vecu il y a plusieurs annees. Sur Ebay je vends une carte a un Allemand. Il est bien precise dans la description que l'envoi se fait en airmail simple, sans suivi ni assurance, et que je ne veux pas de litige en cas de produit non-recu (ou alors choisissez un autre mode d'expedition au moment de l'achat). Paf, le colis se perd, et mon acheteur me fait evidemment un litige! N'ayant aucune preuve que le colis a bien ete poste, c'est pour ma pomme (fait une fois, pas deux). Sur Yahoo jamais ce ne serait arrive.
Ebay: 1 avec reserves

13/le systeme d'evaluations
Inutilement complique sur Yahoo, qui propose 5 possibilites:
tres bon/bon/moyen/mauvais/tres mauvais
bon/moyen/mauvais suffisaient largement non?
Les vendeurs peuvent evaluer les acheteurs et vice-et-versa, ca me semble normal car il y a aussi des acheteurs chiants (genre parce qu'un produit faisait 20 grammes de moins qu'annonce dans le descriptif... C'est arrive a mon epouse sur un archet de violon!!). Sur Ebay seul les acheteurs peuvent evaluer les vendeurs...
Plus genant (car j'ai toujours considere les evaluations comme un gadget anecdotique, sauf pour les gros achats), sur Ebay, un trop grand nombre d'eval negatives peuvent faire descendre vos limites! Car oui, sur Ebay, on ne peut pas vendre autant qu'on veut. Quand vous ouvrez un compte, vous avez droit de vendre le premier mois... UN OBJET et pour moins de 100 dollars je crois. Ouais super, meme en tant que pro. Ca augmente ensuite de mois en mois, mais meme au bout d'un certain temps, vous atteignez un plafond indepassable (600 objets ou 12500 dollars mensuels en ce qui me concerne. Je suis loin de les faire mais si j'etais une plus grosse boite...)
Sur Yahoo, pas de limites. Autant que vous voulez des votre compte ouvert. Et vous pouvez bien avoir 100 eval negatives contre 2 bonnes, ca n'y changera rien.
Yahoo: 1 / Ebay : -1

14/description de l'etat
Sur Yahoo c'est simple: neuf ou occasion. Point. Ensuite, si on veut preciser, on l'ecrit dans l'annonce.
Ebay en fait trop, d'autant plus qu'il est parfois difficile de voir la difference entre deux categories. Le site nous demande de choisir entre:
neuf
comme neuf
tres bon etat
bon etat
etat correct
Franchement, pas evident de faire la difference entre comme neuf et tres bon etat, ou meme tres bon etat et bon etat... Mais ce n'est pas le pire. Le dernier choix est "etat correct". Euh ouais? Chez moi "correct" ca veut dire que ca va, l'objet est un peu abime mais il n'y a pas de gros degat. Or, si je veux vendre un objet dans un etat absolument lamentable, je suis desole mais moi je n'appelle pas ca "etat correct". Pourquoi diable n'y a t-il pas d'option "mauvais etat" tout simplement???
Neuf - bon etat - etat correct - mauvais etat, et ca suffisait largement...
Yahoo: 1

15/obligations a la con
Aucune sur Yahoo mais deux sur Ebay.
Premierement, vous DEVEZ mettre au moins une photo. Ok, je sais qu'une enchere sans photo peu de monde encherira dessus mais bon, celui qui ne veut (ou ne peut) pas, on devrait lui en laisser le droit quoi...
Vous DEVEZ aussi indiquer une duree maximale pour l'envoi une fois le paiement recu. C'est super chiant parce que ca ne prend en compte ni les jours feries du pays du vendeur ni les dimanches. Si par exemple je mets "3 jours", que je recois un paiement le vendredi en fin d'apres-midi, sachant que le samedi la Poste est fermee au Japon, si jamais le lundi qui suit est ferie, je l'ai dans le baba. Ca n'est pas sans importance parce que si on n'envoie pas dans les temps, on peut voir la encore ses limites diminuees!!!!
Yahoo: 1 / Ebay : -1


Bilan
Yahoo 10
Ebay 3
Le verdict est sans appel... mais il convient de nuancer. Si vous etes avant tout acheteur, et uniquement acheteur, les deux se valent a mon sens. En revanche, si vous etes plutot vendeur, Yahoo explose Ebay.