dimanche 14 août 2016

DBZ et Harry Potter a Universal Studio Japan

Je vais faire ce que je ne fais jamais, mettre des photos de vacances. Pourquoi jamais? Parce que je n'en prends que tres rarement justement! Tant des photos que des vacances :)
Bon, dimanche 14 Aout je suis alle a Osaka au parc Universal Studio Japan. Ce n'etait pas la 1ere fois puisque je m'y etais deja rendu peu apres son ouverture, en 2002. Un dimanche mi-Aout, je vous laisse imaginer, y a pas beaucoup de monde et il ne fait pas chaud non plus... Et incroyable le nombre de touristes chinois! Je pense avoir autour de moi plus souvent entendu parler chinois que japonais...
Ma femme et mes enfants voulaient plutot voir ce qui etait Sesame Street, donc moi de mon cote je suis alle faire autre chose.

Premierement, il y avait un film en 3D de Dragon Ball Z. Ouais, aux USJ, on se demande le rapport (y avait un coin One Piece et du Death Note aussi). Mmh bon, il a bien fallu faire la queue 1h45 environ, par chance a l'ombre! (sinon je n'aurais meme pas tente le coup) Les membres du staff etaient deguises avec un costume Kame, sympa. Le film lui-meme dure une dizaine de minutes; l'histoire est sans interet (un combat Goku-Freezer...), c'est evidemment le cote technique qui nous interesse ici. Ben bof, j'ai pas ete bluffe plus que ca quoi. Et puis je ne vois pas trop l'interet des sieges qui bougent a chaque impact recu... Mais pire. A un moment, les deux protagonistes se battent au-dessus d'une mer, et bien le public se retrouve asperge d'eau. On se retrouve donc avec les lunettes 3D mouillees. Genial.
Non, franchement, si j'avais su ce qui m'attendait, je n'aurais pas poireaute presque deux heures expres.

La seance finit a 11:57, et je dois etre a Harry Potter a... midi. Super. Parce que c'est une partie du parc tellement appreciee qu'il faut reserver un ticket avant, et si on arrive en retard et bien tant pis... Inutile de dire qu'en cette periode, si vous arrivez apres 11 heures, peu de chance de pouvoir obtenir le precieux sesame...
Apres une course effrenee dans le parc, j'arrive heureusement a temps.
C'est assez vaste. L'attraction existait deja dans deux parcs aux USA, elle a ete recreee tel quel au Japon. Ca debute par une sorte de mini-foret, et puis tout d'un coup on debarque soudainement a l'entree de Pre-au-Lard, avec toute ses boutiques (un choix enorme au magasin de baguettes! Je doute qu'elles fonctionnent reellement par contre), on se croirait vraiment dans le film (puisqu'on est a Universal, tout est bien sur tire des films et non des romans) et on prend un plaisir certain a deambuler dans les rues et boutiques.
Plus loin on arrive au chateau de Poudlard, immense. Ici, deux options s'offrent a vous: une simple visite a pied (temps d'attente: meme pas 10 minutes!), ou le Forbidden Journey (temps d'attente: 1h30 dehors au soleil). Ouais bon, j'aime bien Harry Potter mais la non, ca va pas le faire, on se contentera de la visite pedestre. Je ne peux pas vous mettre de photos parce qu'il y fait tellement sombre qu'on n'aurait pas vu grand-chose. La encore, on s'y croirait. Mention speciale a la salle avec les tableaux qui parlent.
Bref, si vous etes fan et que vous passez par un des 3 parcs qui le proposent, surtout n'hesitez pas! Je vous ai mis une courte video (prise avec mon telephone portable dernier cri d'il y a 5 ans) et quelques photos.

 

jeudi 4 août 2016

Les premieres conventions de japanim

Si aujourd'hui, la Japan Expo rameute plus de 200 000 visiteurs, il n'en a evidemment pas toujours ete ainsi. Mais les premieres conventions de japanimation ne datent pas d'hier! Bon, au Japon ca debute des 1975 (1ere edition du Comiket) mais nous allons bien sur parler ici des conventions francaises.
J'ai essaye de retrouver la trace des 5 premieres, mais peut-etre en ai-je oublie. D'autant plus qu'a part Sumi je ne suis alle a aucune autre (enfin si, le Cartoonist, mais edition 98...) N'hesitez pas a rectifier le cas echeant.

Une boutique
Un stand Animeland (encore fanzine bien sur)

Les premieres datent d'il y a deja 25 ans... Ouais. Un quart de siecle. Une part non negligeable des participants de la derniere Japan Expo n'etaient meme pas nes :)
Outre le nombre de visiteurs, qui au pire se comptait en dizaines, qu'est-ce qui differenciait ces premieres editions? D'abord pas d'invites (il faudra attendre le 3eme Cartoonist, en 1996 avec Shingo Araki, pour accueillir du monde), forcement on ne va pas demander a un dessinateur japonais de faire 10000 km pour venir se faire applaudir par une vingtaine de pequenots. Ensuite, les projections. Je pense que de nos jours, pour des raisons liees aux ayant-droits, il est impossible de projeter tout et n'importe quoi de maniere publique. Au debut des annees 90, ils s'en tamponnaient la cacahouete, ne serait-ce que parce que ca ne sortait meme pas officiellement en France, donc c'etait en VO pure only, voire en double ou sous-titre anglais avec de la chance (merci a Manga Video et Animeigo...), voire parfois avec un japonophone qui traduisait vaguement en direct! Les studios nippons n'etaient pas au courant et de toutes facons n'en avaient rien a battre d'une diffusion si restreinte...
Poussez pas! Y en aura pour tout le monde!
Au niveau des boutiques, les "grosses" comme Tonkam faisaient souvent le deplacement, mais on avait surtout des stands de magasins locaux (genre New Atlantis a Lyon). Bon, mais comme la plupart des conventions etaient sur Paris, comme les boutiques, ca ne changeait pas grand chose. Evidemment, elles ne vendaient que des produits VO (manga, laserdiscs, CD, artbooks...)
Parfois, il y avait des debats sur tel ou tel sujet, ou tout le monde pouvait participer, ce qui donnait quelque chose de tres convivial. Fatalement impossible avec plusieurs milliers de personnes.

 Mai 1992, Idrac (Paris)
Des annees avant la sortie officielle...
La toute toute premiere. Se deroulant dans une ecole de commerce, il s'agissait a la base d'une convention de jeux de role. Notons que les organisateurs sont partis sans prevenir avec la caisse...
Alors bon, attention... L'edition de Mai ne proposait pas de partie japanim, il faudra attendre une seconde en Decembre pour cela, durant laquelle Porco Rosso sera diffuse pour la 1ere fois en France, mais aussi d'autres titres de Ghibli. Animeland y participa de pres.
Seulement voila, si on considere que tout commence vraiment a la 2eme, alors la toute premiere convention francaise devient Sumi, en Octobre de la meme annee!


Octobre 1992, Convention Sumi (Lyon)
Le badge (merci a mon camarade Romain, perso je n'ai pas garde le mien)

On devait etre une trentaine... Je me rappelle du concours de la meilleur maquette (et non du meilleur maquettiste! Il y avait un seul participant qui avait apporte plusieurs figurines!), un debat sur la censure, et une projection d'un episode de KOR et de DBZ en VO.
A partir de la deuxieme edition, un anime-quiz, que je remporterai lors de la derniere convention (la quatrieme)
Lors de la 3eme, diffusion d'un anime "pour adultes", je pense que les organisateurs ont un peu joue avec le feu...
Au fond, entoure en rouge... c'est moi. En 1994 :)
Pour plus de details, je vous renvoie a un article que j'avais ecrit il y a deja 7 ans


Avril 1993, Cartoonist (Toulon)
Petit compte-rendu dans Animeland
La plus connue et surement la plus grosse. Pas mal de stands (auteurs de fanzines, boutiques), salles de projection et de conference, et surtout les premiers invites! Shingo Araki ouvre le bal en 1995, suivront d'autres gros noms comme Kazuo Komatsubara (96) ou Akemi Takada (98)
Shingo Araki va dessiner un Seiya devant le public
Elle cesse en 2003, malgre un "anniversaire special 10 ans"en 2013, qui offre un contenu de reve "pour les vieux", mais qui est un desastre financier pour les organisateurs.
Le Cartoonist fut aussi l'occasion de decouvrir les Bitoman!


Octobre 1993, BD Expo (Paris)
1991, mais y avait pas encore d'espace manga
Tentait de faire cohabiter manga/japanim et BD franco-belge (les premieres annees c'etait franco-belge only), mais sans succes. Chacune des deux parties etait clairement delimitee, et la plupart des visiteurs ne voulait pas "se melanger" avec ceux de l'autre zone. Neanmoins, bien que la partie BD etait plus etendue, c'est la partie manga qui attirait le plus de gens!
BD Expo fut la premiere a proposer un concours de cosplay.
On remarquera le stand Tsunami
Diffusion d'anime sur ecran geant, mais d'un choix pas toujours judicieux, genre les OVA de Violence Jack a 9 heures du matin... J'espere qu'il n'y avait pas de mineur dans la salle!
Je crois qu'elle existe toujours.

1993 Festival de l'imaginaire (Paris)
Voila a quoi ressemblait souvent une projection
Pas vraiment d'infos, juste qu'il semble y avoir eu deux editions, en 93 et 94, avec la encore des projections diverses.

Juin 1994, Epitanime (Paris)
Pub
Contrairement aux conventions qui se deroulent sur plus d'une journee et qui ferment la nuit, la ca reste ouvert! Si vous voulez jouer ou faire du karaoke jusqu'a l'aube... Il parait que dans certaines salles, l'odeur ne passe pas inapercue...
Elle existe toujours.

Cartoonist 96, il me semble bien reconnaitre un Bitoman sur la droite

La plupart des photos de cet article proviennent de videos prises par Walo

lundi 1 août 2016

Cyborg 009 VS Devilman

Titre original: Cyborg 009 VS Devilman
Annee: 2015
Nombre d'episodes: 3 OVA
Auteur: Shotaro Ishinomori & Go Nagai (bon, le premier etant decede, il n'a evidemment pas participe directement...)
Au printemps 2015 est annonce un nouvel anime de Cyborg 009, sans plus d'informations. A peu pres simultanement on decouvre aussi une affiche pour un nouveau DA sur Devilman, reprenant le design de la vieille serie de 1972. Personne n'aurait pu se douter qu'en realite ces deux projets n'en faisaient qu'un. En Juin est officiellement devoile ce bien etrange cross-over, mettant en scene deux des monstres sacres du manga.

Je ne m'etendrai pas sur le scenario; comme souvent dans ce genre d'oeuvre il ne sert que de pretexte a se faire rencontrer les protagonistes des deux series. Et en fait, on a exactement le meme souci qu'avec le film Detective Conan VS Lupin III, ou Lupin faisait plutot de la figuration. Cette fois, c'est Devilman en guest dans une histoire de Cyborg 009. De plus, on les verra tres peu cote a cote. Un petit combat de 2-3 minutes et ensemble face au big mechant a la fin, c'est quasiment tout.
Les deux univers sont tellements differents qu'un tel pari etait vraiment risque. Non pas que l'anime soit mauvais, il se laisse regarder mais bon, sans plus quoi. Et si le fan de 009 y trouvera peut-etre son compte, celui de Devilman sera sans doute decu.


Rien a redire sur la realisation (encore heureux pour des OVA!!), les combats sont tres dynamiques, les BGM sont correctes, mais l'opening manque de peps, bien qu'il soit signe JAM Project!

Pour info sont sortis a peu pres a la meme periode un manga qui n'a rien a voir, et aussi un roman cense se derouler la veille du debut des OVA.

A voir par curiosite.

Le trailer

vendredi 29 juillet 2016

Maryu Senki

Titre original: Maryu Senki
Annee: 1987
Nombre d'episodes: 3 OVA
Auteur: Hiroaki Oogami
Il n'y aura pas de resume parce que, euh, comment dire...
-Allo, est-ce que je pourrais parler a Monsieur Scenario s'il vous plait?
-Ah, je suis desole, mais cela fait longtemps qu'il n'habite plus ici

De la baston. Un peu de cul. De la baston. Du sang. Un peu de cul. De la baston. Du sang. Enfin bref, vous avez compris...
Maryu Senki fait partie de ces OVA eighties hyper bien realises, graphiquement superbes, avec presque que des combats hyper violents et un peu de sexe (y a meme une scenette yaoi, fallait oser). Mais contrairement a un truc comme Urotsukidoji qui beneficie d'une histoire relativement solide, la elle est plutot aux abonnes absents... En gros, les 3/4 de l'anime sont composes uniquement de scenes de baston (ou plus rarement de sexe). Ce qui n'en fait pas necessairement pour autant un mauvais anime. J'en suis le premier surpris mais je suis plutot bien rentre dans le truc. Si les persos n'ont rien de genial, l'ambiance est la, et la qualite de realisation et de mise en scene en font un agreable divertissement pour peu qu'on accepte de laisser son cerveau au vestiaire.
En fait, le premier est quand meme nettement mieux que les suivants. La raison? Des problemes internes ont retarde la production, et comme il a bien fallu sortir les 2 et 3, le staff n'a pas eu le temps de peaufiner (la fin est toute pourrave d'ailleurs).
En effet, le 1er OVA sort en Janvier 87 et le deuxieme... deux ans plus tard! Et le dernier encore 6 mois plus tard! D'ailleurs, j'ai trouve un truc etrange. Les deux premiers durent 30 minutes, le 3eme 45 minutes. Sauf que le premier quart d'heure est en fait un resume des deux premiers!! Le concept m'echappe, on n'est pas dans une serie TV a la Captain Tsubasa quoi...

Bon, enfin bref, si le genre vous plait, vous pouvez l'essayer.

Le 1er episode (sous-titre espagnol...)

dimanche 3 juillet 2016

lecture: Moeurs et histoire des Indiens d'Amerique du Nord, de R. Thevenin et P. Coze



Tous les peuples malheureux n'ont pas eu leur histoire. Pour mériter une place dans la chronique de l'univers, pour obtenir qu'elle garde le souvenir des événements qui ont pesé sur la vie d'une nation et les transmettre à la postérité, il ne suffit pas que cette nation ait été héroïque ou opprimée, pitoyable ou terrible. Il faut, si elle n'est pas capable de chanter elle-même son triomphe ou de pleurer sa souffrance, que ses ennemis aient intérêt à le faire, pour exalter par contraste les leurs. C'est ce que montrent ici René Thévenin et Paul Coze. A l'heure où, malgré d'héroîques soubresauts, les descendants des tribus indiennes sont peu à peu menacés de disparition, à l'heure où le roman et le cinéma remettent à l'honneur - mais en la déformant - leur épopée, il est temps de redécouvrir la vie quotidienne et l'histoire authentique des Indiens des Plaines.

Precisons d'entree de jeu que ce livre a ete ecrit en 1928, il y a presque 90 ans!! Les auteurs sont evidemment decedes depuis belle lurette, mais ce n'est pas parce que le bouquin est vieux qu'il n'a pas d'interet. Bien sur, il a ete ecrit avec les yeux du debut du XXeme siecle (colonalisme paternel, etc), et certaines assertions ne sont fatalement plus d'actualite, meme dans un ouvrage d'Histoire (cette derniere est une science qui a l'instar des autres evolue).
Cela ne veut pas dire qu'il n'a plus de valeur aujourd'hui, bien au contraire. On y apprend une foule de choses passionnantes sur la vie d'une partie des tribus amerindiennes.

Comme ecrit dans l'introduction, les Indiens n'avaient pas vraiment de langue ecrite. De plus, on ignore presque tout de leur histoire avant l'arrivee des Europeens. Mais quand au fur et a mesure du livre on decouvre leur histoire, on ne peut etre qu'envahi par un sentiment de pitie, d'injustice, et de honte pour nos ancetres qui contents non seulement de les avoir envahis puis depossedes de leurs terres, ont veritablement massacre ces peuples qu'ils tenaient comme "sauvages" et ne meritaient meme pas de vivre d'apres eux. Bien entendu, a l'instar des peuples d'Amerique du Sud, les maladies apportees par les Blancs ont eu un cout encore bien plus lourd que la guerre (exemple: les Timucuas en Floride, qui en 1650 etaient 13 000 repartis sur quarante villages, descendirent apres une epidemie de petite verole a 35 en 1728, regroupes dans un seul hameau...)

Certes, de nombreux Indiens etaient totalement inaptes au travail, et ne vivaient guere que pour se battre. Cela ne leur enleve pas de hautes valeurs de courage, d'abnegation, de loyaute ou d'observance de la parole donnee, sans parler du respect de la nature (si les bisons ont disparu des Etats-Unis, c'est la faute des Blancs qui ont supprime des troupeaux entiers par pur jeu).
On leur decouvre aussi des capacites physiques qui semblent tellement inhumaines qu'on est en droit de se demander si les auteurs n'ont pas cherche a un peu enjoliver la realite, un peu comme s'ils essayaient par ce biais de s'excuser un tout petit peu pour le genocide indien.

L'ouvrage est partage en 2 parties: une description assez complete de diverses societes indiennes, et ensuite l'histoire a proprement parler de l'arrivee des premiers Blancs a la fin du XIXeme siecle, ou les Indiens survivants etaient deja parques dans des reserves pour nombre d'entre eux. Les Indiens n'ont pu beneficier de la nationalite americaine qu'a partir de 1924!!! Il y a moins d'un siecle!


J'ai bien aime ce livre (un peu plus de 300 pages), meme si je ne doute pas qu'il doit en exister de bien plus recents et donc plus complets et plus justes.


"Moeurs et histoire des Indiens d'Amerique du Nord", GR. Thevenin et P. Coze, 1928, Petite Bibliotheque Payot