mercredi 21 juin 2017

Danguard Ace

(article initialement publie le 30 Aout 2010)
Titre original: Wakusei Robot Danguard Ace
Annee: 1977
Nombre d'episodes: 56 + 2 films
Auteur: Leiji Matsumoto

Dans le futur (aberration, car certains persos ont fait la 2eme Guerre Mondiale!!), les ressources naturelles de notre planete s'epuisent. La Terre decide d'envoyer une expedition sur la 10eme planete du systeme solaire, Prometee, qui servira de nouvelle Terre.

Leiji Mastumoto est avant tout un specialiste du space opera sans robots (Captain Harlock, Galaxy Express 999...), mais il a quand meme touche au genre une fois avec ce Danguard A. Enfin, juste un peu... A la base on a certes un manga en 2 volumes (ou le Danguard entre en action uniquement au dernier chapitre!!!), mais l'anime en est tres eloigne. Un peu comme si on compare le manga de Grendizer avec la version animee. Hormis les persos et le theme de depart... J'ai envie de dire que Danguard A est avant tout un DA de Shingo Araki. C'est le designer principal, et meme sur les episodes ou il n'a pas travaille directement, le reste du staff a tache de reproduire son style.

Meme si histoire et persos n'ont rien a voir, Danguard A fait furieusement penser a Grendizer. Araki au design, une forte intensite dramatique, certains plans (au niveau du pilotage notamment), a peu pres les memes doubleurs, une bande-son de Shunsuke Kikuchi (qui reutilise certaines BGM de Grendizer!!)... Niveau ambiance, c'est tres proche. Mention speciale a l'episode 42, avec un clone de Naida.

 Noel(Danguard) VS Naida(Grendizer)
Neanmoins, Danguard A accorde bien moins d'importance aux combats de robots. La premiere entree en scene du Danguard a lieu au 14eme episode!! La serie se focalise beaucoup plus sur les personnages et les relations qui les unissent. Il faut d'ailleurs attendre le 36eme episode pour que nos heros quittent enfin la Terre! Ca devient moins interessant ensuite.
La fin est un peu abrupte egalement.

Danguard A, c'est aussi le personnage de Tony Harken, un des tous tous premiers mechants beaux gosses de la japanim, un peu un Char Aznable avant l'heure.

Cette serie a ete une agreable surprise. Je m'attendais a un truc plus classique, mais le soin porte aux personnages est limite exceptionnel pour un anime de cette epoque. Cela dit, les 35 premiers episodes sont un bon cran au-dessus des 21 suivants.

Danguard A est sorti en France (les 3 premiers episodes seulement) dans l'antique collection de VHS Jacques Canestrier, au debut des annees 80. La francisation des noms laissant un peu reveur. Takuma devient Benoit, mais on aussi un Daniel et un Bruno...

Etrangement, on n'a jamais vu la serie dans un Super Robot Taisen.
Si vous avez aime Grendizer, alors je ne peux que vous conseiller Danguard A. Seul point noir, je trouve le robot vraiment moche.


L'ending (l'opening est tellement euh... special, que je prefere eviter. Pas du tout representatif)

lundi 19 juin 2017

Japan Eighties numero 26 : Yui Asaka


Japan Eighties numeros 0 a 7
Japan Eighties 8 et plus

Pourquoi ecchi est-il devenu hentai?

(article intialement publie le 2 Septembre 2010)

Desole si j'en decois certains, mais je ne vais pas parler directement de hentai, juste de linguistique :-)

Un jour, un gars (ou une fille), en Occident, a decide de nommer hentai le genre pornographique virtuel japonais. On se demande bien pourquoi. Hentai en japonais veut simplement dire derange, anormal. Il n'y a pas necessairement de connotation sexuelle. Dans Kimengumi (le College Fou Fou Fou), les heros passent leur temps a etre qualifies de hentai, pourtant je vous mets au defi de trouver une once de sexe dans Kimengumi!

Bon admettons, un mot dans une langue n'a pas forcement le meme sens que dans sa langue d'origine.
Mais ce n'est pas fini.
Au Japon, tout ce qui a un caractere erotique ou pornographique, virtuel ou reel, se dit ecchi (la lettre H; oui hentai commence par un H, je suppose que ca vient de la, mais ca n'explique toujours pas pourquoi avoir choisi ce mot).
Simplement, pour verser un peu plus dans l'alambique, voila t'y pas qu'en Occident on utilise ecchi seulement pour designer l'erotisme soft!! A n'y rien comprendre. Meme un film X ultra-hardcore et hyper-violent, en japonais c'est du ecchi. Pas du hentai (de toutes facons, si vous parlez de hentai (dans le sens occidental) a un Japonais, il ne va pas comprendre)

Mais le plus marrant reste a venir.
Les mangas pornos pour femmes s'appellent des Ladies Comics. En occident, c'est devenu Josei Manga. Alors oui, c'est la traduction exacte, et elle est effectivement parfois utilisee... MAIS POURQUOI DIABLE AVOIR PRIS UN TERME JAPONAIS A L'ETRANGER ALORS QU'AU JAPON IL EST EN ANGLAIS????????????!!!!!!!!!!!!
Ca depasse mon entendement... Qu'on remplace un terme japonais par un autre terme japonais, passe encore. Un japonais par un anglais, c'est deja plus logique. Mais un anglais par un japonais?

Ok, ce n'est pas tres important, mais si quelqu'un a une explication, je suis toute ouie...

Attention, image hentai

mardi 13 juin 2017

Ninja Gaiden

Titre original: Ninja Ryukenden
Annee: 1991
Nombre d'episodes: 1 OVA
Auteur: Tecmo

Ninja Gaiden est une celebre serie de jeux video, qui a sevi sur pas mal de supports depuis l'ere 8 bits. Excellente saga de beat'em up/plate-formes, mais d'une incroyable difficulte, il fut decide en 1991 d'en faire une adaptation animee. Plus exactement, l'histoire est censee non pas reprendre celle d'un episode en particulier, mais se situe juste apres le 2eme opus sur Famicom.
S'il y eut enormement d'anime tires de jeux video a partir de, en gros, 1993, a cette epoque c'etait encore relativement peu frequent. Alors certes, 9 fois sur 10 c'est de la daube (coucou Art of Fighting :) ), et je n'en attendais vraiment rien, d'autant moins de la part d'un jeu de ce genre!
Et pourtant... Si le scenar ne casse pas trois pattes a un canard, d'une part la realisation est tres correcte, d'autre part j'ai regarde le truc avec un certain plaisir. Oh bien sur, ce Ninja Gaiden ne va pas revolutionner quoi que ce soit, et le visionnage reste plus que dispensable. Si vous voulez du bon anime d'action des annees 80-90, je pourrais vous conseiller bien d'autres titres. Mais si vous avez une heure a perdre, ca peut valoir le coup.

Pour l'anecdote, le design de l'anime sera repris pour la jaquette du 3eme episode Famicom.


Le debut de l'OVA

lundi 5 juin 2017

Metal Armor Dragonar

(article initialement publie le 26 Mai 2010)

Titre original: Kikou senki Dragonar
Annee: 1987
Nombre d'episodes: 48
Auteur: Hajime Yatate (Monsieur Yatate n'existe pas, c'est un pseudonyme qui regroupe des gens de la Sunrise)
En 2087, les Terriens ont commence a coloniser l'espace. Mais l'empire de Giganos reclame son independance et une guerre s'engage contre le gouvrenement terrien. Lors de l'attaque d'une colonie, trois jeunes hommes: Kaine, Light, et Tapp se retrouvent malgre eux aux commandes des trois Dragonar...

Bon. On est plus qu'inspire de Gundam, c'est quasiment la meme chose! (au niveau des personnages aussi, on retrouvera un clone de Char Aznable "la comete rouge" en la personne de Mayo Plat "le faucon bleu"...)
Mais rassurez-vous, c'etait bien le but des auteurs. Nous sommes en 1987, la trilogie Gundam vient de s'achever (Gundam, Z-Gundam, et Gundam ZZ), et Sunrise desire retenter le coup avec une version plus moderne (et plus realiste aussi) du premier Gundam. Disons-le tout de suite, la serie aura un succes honorable, mais evidemment il s'agissait d'un pari perdu d'avance.

*les points communs
-un groupe de 3 mechas complementaires (on oublie trop souvent que dans Gundam, il y a non seulement le RX-78 mais aussi le Guncannon et le Guntank... Heureusement, dans Dragonar ce ne sont pas des boulets)
-le beau gosse ennemi/rival du heros (Kaine est d'ailleurs amoureux de Linda, la soeur de Mayo, tout comme Amuro en pincait pour Sayla, la soeur de Char...)
-des civils se retrouvent embrigades dans l'armee
-guerre d'independance colonies spatiales/Terre
-le heros qui rejette son pere

*les divergences
-un futur tres proche
-pas de gros vaisseau-mere
-les armes utilisees
-pas mal d'humour
-ce n'est pas une hecatombe. Il y a quelques morts (chez les mechants principalement), mais ca reste tres soft


Dragonar est separe en 2 periodes, assez differentes.
La 1ere est tres realiste, avec une ambiance militaire omnipresente. Si vous etes allergique a l'uniforme, vous allez avoir du mal. On est presque en permanence dans un cadre soumis a la rigueur militaire, meme si nos trois heros n'en font souvent qu'a leur tete dans un premier temps
La seconde, c'est presque un virage a 180 degres... C'est vraiment l'anime du milieu des annees 80 dans toute sa splendeur. Des mechants qui semblent tout droit sortis de Hokuto no Ken, l'entrainement de Kaine aupres d'un vieux maitre en arts martiaux perdu dans les montagnes, et deux-trois delires impensables de nos jours. Ce qui m'a vraiment marque, c'est un episode dans lequel Kaine mate la poitrine de Linda (en maillot de bain) et... il a une erection! C'est clairement montre a l'ecran (le pli du calecon). Meme la version animee de City Hunter (qui date de la meme annee) n'est jamais allee jusque la!!!
A noter qu'il s'agit d'un des rarissimes anime avec un heros Noir (Tapp. Ok, Kaine est le personnage principal, mais avec Light et Tapp ils forment quand meme un trio). A part lui et Nadia dans Fushigi no Umi no Nadia, j'en vois pas d'autres.

Je precise enfin que Dragonar est superbement realise, la japanim du milieu des annees 80 a son apogee (meme si ce n'est pas le cas pour tous les episodes): le top en ce qui me concerne. Et puis le design des mechas est vraiment chouette. Enfin la bande-son est excellente: generiques tres bons et BGM signees en partie par Kentaro Haneda (Cobra).

J'ai eu un peu de mal a entrer dans le truc, mais une fois le cap des 10 episodes passes, ca va beaucoup mieux. J'ai beaucoup aime Dragonar, moins "pesant" que Gundam. Je veux dire par-la que l'ambiance est (beaucoup) moins sombre.



Dragonar sonne le glas de l'age d'or du Real Robot au Japon. En effet, depuis 1979 (Gundam), ce n'etait que succession ininterrompue de Real a la television japonaise (Ideon, Xabungle, Votoms, Dunbine, Layzner, etc...) Une fois Dragonar termine seront diffuses en bouche-trou quelques episodes de... Ulysse 31!!!!!!!!!!! Soit 7 ans apres leur diffusion francaise, dans l'indifference la plus totale (dur de trouver au Japon un DA moins connu que Ulysse...). Puis on enchainera avec les Samurai Troopers et la grande mode des series de baston, inauguree par Dragon Ball/Hokuto no Ken/Saint Seiya peu de temps auparavant.

Pourquoi? Pas parce que la serie n'a pas marche mais je pense pour deux raisons. Une certaine lassitude du public, mais aussi la faute aux jeux video. 1987, la Famicom est desormais bien implantee, la PC Engine sort... C'est vraiment l'explosion du jeu video. Vu le prix des softs, les enfants ne peuvent plus acheter de jouets/maquettes de leurs heros preferes...

Neanmoins, pour en revenir a nos moutons, Dragonar est tout de meme une serie tres sympa. Bien sur, Gundam est absolument a voir pour sa culture (meme que les films, ca suffit). Mais si on fait l'effort de visionner Dragonar autrement que comme un clone de Gundam (de toutes facons, ca ne l'est plus dans la deuxieme partie), on passe un tres tres bon moment.


Le premier opening (un de mes generiques preferes)
video

dimanche 28 mai 2017

Mobile Suit Gundam 0083 Stardust Memory

Titre original: Kidou Senshi Gundam 0083: Stardust Memory
Annee: 1991
Nombre d'episodes: 13 OVA + 1 film
Auteur: Yoshiyuki Tomino et Hajime Yatate
L’histoire se déroule quatre ans après la fin de la guerre d’indépendance de Zeon, qui s’était soldée par la victoire de La Fédération sur le duché de Zeon. Néanmoins, les vaincus d’alors formèrent des groupuscules pour continuer la lutte dans l’ombre. C’est ainsi qu’en l’an U.C. 0083, les survivants de Zeon apprennent l’existence de deux prototypes Gundam équipé d’armes nucléaires. Ils chargent alors l’un des leurs, un pilote d’élite nommé Gatō, de s’infiltrer dans la base fédérale et de voler une des deux machines – le but de l’opération étant bien sûr la résurrection du duché. Mission qu’il réussit parfaitement, même s’il est pris en chasse par un jeune soldat impulsif aux commandes du second Gundam : Kō Uraki. Ce dernier n’est cependant pas de taille à lutter contre un pilote chevronné comme Gatō.
À la suite de ce coup d’éclat, la Fédération envoie une unité pour récupérer coûte que coûte le prototype dérobé ; on y retrouve bien sûr Kō Uraki, qui, au fil des combats et de ses dons de combattant, devient le grand rival de Gatō. Mais lorsque Zeon utilise l’arme nucléaire du Gundam contre une colonie de la Fédération, les événements prennent une tournure plus dramatique et révèlent à tous la force militaire et stratégique du groupe rebelle.

0083 est considere comme un des meilleurs anime de la franchise Gundam (tout du moins UC), et ce n'est pas usurpe. On commence avec une realisation de toute beaute. Si les premiers episodes sont "seulement" tres bien, on passe clairement un cran au-dessus rapidement. C'est beau, fluide, colore, un vrai regal visuel, le genre d'anime qu'on ne verra plus jamais :(

L'histoire se suit avec plaisir, malgre de-ci de-la quelques petites longueurs, mais rien de bien mechant.
Les persos sont attachants, et d'autant plus humains (au sens litteral du terme) qu'aucun d'eux n'est New Type, le concept n'est meme pas evoque une seule fois. C'est un choix volontaire du producteur, Masao Ueda, au grand dam de Tomino qui aurait bien voulu voir du New Type dans cette serie. Enfin, quelque part oui, on en verra un... J'y reviens juste apres.
Chronologiquement, 0083 se situe entre Gundam (1979) et Z-Gundam (1985), et comble quelques trous qu'il pouvait y avoir entre ces deux series. On y croisera meme 2-3 personnages tires de Z, mais avec ici un role tres mineur dont... Haman Karn! Ca m'a fait plaisir mais la scene dure 10 secondes a tout casser. Quand je vous disais qu'on voyait du New Type finalement :)


Par-la meme, on a un anime plus "realiste" que les episodes classiques de l'UC. En contre-partie, l'ambiance est tres militaire. Pas de jeune prodige qui se retrouve par hasard aux commandes d'un Gundam, ici tous les pilotes sont des adultes dont c'est le metier.

Veritable succes, 0083 se vendra a plus d'un million d'exemplaires, si on prend en compte les versions VHS, LD, et plus tard DVD. Figurez-vous carrement que sous chaucun de ses formats, au moins un episode a fini numero 1 des charts a l'epoque! C'est le seul Gundam qui a reussi un tel exploit.

Le seul probleme se situe au niveau musical. Pas bon? Non, au contraire, les generiques sont excellents et les BGM superbes. Alors quoi, allez-vous me dire? Et bien a propos des BGM, elles sont composees par Mitsuo Hagita. Et la j'en vois qui commencent a prendre peur. Hagita est en effet tristement celebre pour ses plagiats. L'OST de Gundam 0083 comporte donc pele-mele des reprises plus ou moins (parfois tres!) inspirees de morceaux issus de films americains comme 2001 l'Odyssee de l'Espace, Invasion USA, ou encore Brainstorm. Hagita avait deja compose l'OST des OVA de Lodoss, magistrale, elle aussi plagiant allegrement celles du film Leviathan (comparatif ici). On lui doit aussi 2 chansons pour Tomomi Nishimura, reprises de titres de Mylene Farmer (sic)


Pas besoin d'avoir vu Gundam ou Z pour apprecier (meme si evidemment ca apporte un plus), je le conseille donc a tout le monde. Et si Gundam ou les combats de mechas vous emmerdent, alors visionnez la serie 0080!

Pour finir, precisons l'existence d'un film-resume de la serie, mais qui est une catastrophe.


Le deuxieme opening (mon prefere, meme si le premier est tres bien aussi)

mercredi 24 mai 2017

Panzer World Galient

(article initialement publie le 6 Juin 2010)
Titre original: Kikoukai Galient
Annee: 1984
Nombre d'episodes: 25 + 3 OVA
Auteur: Ryousuke Takahashi

L'histoire se passe dans une galaxie lointaine, sur une planete ou se melent technologie et fantasy (enfin, au niveau du design des costumes surtout. Pas de magie, pas de dragons...). Le Royaume de Border se fait attaquer la nuit ou nait le prince heritier, Jordy (ne riez pas), par les troupes de Mahdal, qui veut s'emparer de la planete. Le Roi meurt durant la bataille, mais son fidele Asbeth parvient a s'enfuir avec Jordy, a qui il donne le nom de Jojo, dont il devient le grand-pere adoptif. Durant 12 ans, ils vont sillonner le monde a la recherche du legendaire robot Galient, leur seul espoir pour pouvoir renverser Mahdal...


Galient est la 3eme serie robot de Ryousuke Takahashi, apres Dougram et Votoms, et juste avant Layzner. Cette fois-ci, on se retrouve dans un univers beaucoup moins realiste car faisant appel a l'heroic fantasy (ce qui va evidemment faire penser a Dunbine, sorti l'annee precedente).
J'ai pris un plaisir certain a suivre cet anime, qui souffre helas de 2 defauts genants:
-peu de personnages "hauts en couleurs", et certains font deja-vu (Windoh est un croisement entre Vanilla (Votoms) et Nih (Dunbine), Hai de Chiriko (Votoms) et Barn (Dunbine)... Meme doubleurs en plus!)
Seul Mahdal tire vraiment son epingle du jeu; d'ailleurs certains fans estiment que c'est lui le vrai personnage principal de la serie (et je ne suis pas loin de penser la meme chose)
-seulement 25 episodes sur 52 de prevus... Comme pour Layzner l'annee suivante, Bandai a ete decu par les ventes de jouets donc hop, on arrete l'anime en catastrophe. Les 5 derniers episodes tentent de resumer ce qui devait en faire une vingtaine... Cela dit, meme si tout s'enchaine tres vite, ca reste comprehensible. Mais c'est evidemment tres frustrant, car si on avait bien eu nos 52 episodes, Galient aurait pu devenir une tres bonne serie (la, elle n'est que sympathique).

Et puis graphiquement c'est pas terrible. Incroyable de voir le saut de qualite si on compare avec Layzner seulement un an plus tard.

Les OVA sont sans grand interet: les 2 premiers resument la serie, le 3eme est une sorte d'univers parallele qui reprend juste certains elements de l'oeuvre d'origine.

En points positifs, la bande-son est tres bien, a commencer par les fabuleux generiques signes Eurox (groupe au parcours chaotique et aux membres fluctuants, fonde en 1984, separe en 1987, regroupe en 2008, avec seulement DEUX albums a leur actif (en 87 et 2009) ). Outre Galient, ils ont aussi signe Saint Seiya Lost Canvas en 2009.

L'ambiance generale est tres sympa, l'histoire interessante et va assez loin, et Hirumuka a de gros "arguments".
Galient n'est pas la serie du siecle, c'est sur. Mais on passe un agreable moment. Cela dit, votre priorite est a accorder d'abord a Layzner.


L'opening

dimanche 21 mai 2017

Kamen Rider 555

(article initialement publie le 8 Juillet 2010)
(555 se prononce ici Faiz)

La corporation Smart Brain, la plus puissante de la terre, essaie de conquérir le monde en utilisant des Orphenoch, la « prochaine étape dans l'évolution de l'humanité », pour tuer discrètement la population humaine. Dans ce but, ils ont développé trois armures appelés Rider Gears (un pour Kamen Rider Delta, Kamen Rider Faiz et Kamen Rider Kaixa) pour trouver et protéger le roi Orphenoch qui peut réparer un défaut dans l'ADN des Orphenoch, celui-ci provoquant une dégénération de leur structure générique, et donc leur mort.

Considere comme un des meilleurs Kamen Rider (a noter que du 1er au dernier episode, pas UNE SEULE fois, le nom Kamen Rider n'est prononce!!), ce fut aussi mon premier contact avec la franchise. Mais j'ai vraiment ete surpris. Contrairement aux sentai, meme les plus adultes, ou il y a toujours des scenes clairement destinees aux gamins, la pas du tout. A mon avis, la serie vise les 14-15 ans et plus. C'est une serie sombre, tres dure (la plupart des persos en prennent plein la gueule), "hecatombesque" (il y a beaucoup de personnages au long de la serie, mais ceux qui finissent vivants ne sont pas si nombreux... A noter que parmi les suvivants, il y en a pour lesquels etrangement on ne s'y attendait pas. Et il y a un nombre incroyable de victimes chez les civils innoncents, tous ages confondus). C'est egalement completement anti-manicheen (ca j'aime). Chez les heros, on a de vraies ordures et vice-et-versa. Il y a meme un perso qui change de camp plusieurs fois tout au long de la serie!

Cette serie est a montrer a tous ceux qui pensent que le tokusatsu, c'est pour les enfants. KR 555 peut rivaliser sans problemes avec de bonnes series live americaines de SF. meme niveau effets speciaux c'est tres correct.
Le message delivre me rappelle celui de Devilman, a savoir que le pire ennemi de l'homme, c'est lui-meme, bien plus que les demons.
Il y a beaucoup de rebondissements, de personnages, d'histoires de coeur aussi (qui finissent toutes mal en general); relativement peu de scenes de combat (au debut surtout), bien que tres reussies.
Precisons aussi qu'il n'y a pas un seul Kamen Rider mais trois (bien que le 3eme arrive tardivement et ait moins d'importance), mais que plusieurs personnages (y compris chez les mechants!) en endossent les roles successivement.
Maintenant il y a quand meme 2-3 points noirs.
-l'omnipresence du telephone portable. Les persos passent leur temps a se telephoner ou s'envoyer des mails...
-le cast compose presque exclusivement de jeunes, et que des beaux gosses (la serie semble avoir un fandom feminin assez important...); ca fait un peu drama estudiantin par moments... Heureusement, les acteurs jouent correctement.
-les monstres ont un design assez chouette mais la couleur... Monochrome gris uniquement. Je me doute bien que c'est un choix artistique delibere des auteurs, mais cela fait un peu terne par moments...

Bref, ma premiere experience avec Kamen Rider a ete plus que satisfaisante, et m'a pousse a en voir d'autres ensuites. Ryuki sera le prochain sur la liste.

PS: bon point, Mika Katsumura (Time Pink dans Timeranger) a un petit role dans les 2 premiers episodes :)

Il existe aussi un film avec les memes acteurs, qui est une sorte d'univers parallele avec pas mal de dissemblances, mais vous pouvez eventuellement le visionner avant pour vous faire une idee. Je vous mets le trailer juste apres, plus representatif que le generique de la serie.

mercredi 10 mai 2017

Dairanger

(article initialement publie le 21 Juillet 2010, mais pas mal remanie)
Il y a 8000 ans, la civilisation Daos fleurissait en Chine. Elle abritait en son sein les clans Dai et Goma. Mais une guerre la fit disparaître. En 1993, cinq personnes descendant des Dai sont désignées pour contrecarrer les plans de domination mondiale échafaudés par les Goma.

Dairanger est vraiment une tres tres bonne serie (ceux que le cote "leger" de Abaranger derangent lui prefereront Dairanger). Apres visionnage, je comprends son statut de serie "revolutionnaire" dans le sens ou elle a fait voler en eclats un certain nombres de codes du sentai qu'on croyait immuables (on est en 1993 je le rappelle! Beaucoup d'eau a coule sous les ponts depuis).
Deja, il n'y a pas de leader chez les heros. D'habitude c'est le Red mais la non. Chacun a un role plus (Pink) ou moins (Yellow) important, et ils disposent certes d'un "mentor" de type vieux maitre en arts martiaux, tout du moins jusqu'au milieu de la serie, mais personne ne dirige vraiment l'equipe. On a droit aussi a des histoires personnalisees sur tel ou tel Ranger, et dans certains episodes il se peut meme que les 5 ne soient pas tous presents!
Ils sont tous tres differents: un boxeur, un cuisinier, un coiffeur, un vendeur d'animaux, et une etudiante chinoise... Dans le dernier cas, bien sur l'actrice est japonaise mais il me semble qu'il n'y avait jamais eu d'etranger dans un sentai (on met de cote Battle Fiever J dont chaque membre symbolisait un pays particulier) En plus, elle est tres forte, c'est carrement le membre le plus puissant du groupe!
Ensuite, on oublie le "monstre de la semaine". Il peut y en avoir, mais pas toujours, et meme quand il y en a un il peut tres bien debarquer au milieu de l'episode et mourir seulement 2 episodes plus tard!
Idem pour le robot des heros. Il y en a certes un (faut bien vendre les jouets) mais on est tres loin de le voir en oeuvre a chaque episode, et meme quand c'est le cas, le combat est expedie en deux minutes. Si comme moi, les combats/transformations de robots dans les sentai vous emmerdent, vous serez aux anges.

La serie est assez violente tant d'un point de vue physique que psychologique. Mort d'enfant, scene de torture... On comprend pourquoi Dairanger n'a pas ete adapte en Power Ranger! (seul les costumes ont ete recuperes)
L'esthetique, la choregraphie des combats, est ultra-travaillee, superbe a regarder, et enfonce six pieds sous terre tout ce qu'on avait vu en sentai jusque la. On est plus proche du film d'arts martiaux que des cascades d'un toku lambda.
Les monstres sont souvent tres reussis, et l'ambiance qui se degage des mechants (je ne parle pas de la pyschologie des persos, loin d'etre extraordinaire helas, mais leurs costumes, leurs decors, leurs us et coutumes...) est tres originale, limite malsaine.
Enfin, pas mal de rebondissements dans le scenario dont une "trahison" vraiment suprenante!

Pour terminer, une fin assez pessimiste. Je n'ai pas dit dramatique mais bien pessimiste (je ne developperai pas parce que ce serait un gros spoiler)

Si Jetman 2 ans auparavant avait deja amorce un changement, c'est veritablement Dairanger qui a fait entrer le sentai dans une nouvelle ere. Je le conseille vraiment certes aux fans du genre, mais aussi a ceux qui en sont restes a Bioman (qui est une bonne serie au demeurant mais bon, elle accuse son age c'est vrai) et qui pensent que le sentai "c'est toujours pareil".


L'opening

samedi 6 mai 2017

Lavithunder

 

A rajouter a la liste des anime qui n'ont jamais vu le jour...

Anime d'heroic fantasy (?) qui aurait du sortir en 86, a priori en format OVA, et pour ce que j'en sais tire d'un roman, Lavithunder n'a jamais ete mene a terme. Pourtant! Le 45 tours des generiques est bien sorti a l'epoque! Ce qui sous-entend que la production devait quand meme etre bien entamee...

Chansons interpretees par Mitsuko Horie, je vous propose l'opening, qui a la peche. C'est malheureusement la seule trace qu'il nous reste de cet anime...

video


mercredi 3 mai 2017

Abaranger

(article initialement publie le 18 Juin 2010)

Des scientifiques pensent que lorsqu'une météorite s'est écrasée sur Terre il y a 65 000 000 d'années provoquant la disparition des dinosaures, elle a en réalité créé deux univers parallèles : la Terre que nous connaissons est référée comme une « autre Terre » par les habitants d'une Terre peuplée de dinosaures et nommée « Dino Earth ». Mais les tribus des Dragonoids et des Blastasaures furent attaqués par les Evoliens, des amibes surdéveloppées arrivées sur Terre via la météorite. Ces derniers décidèrent ensuite de conquérir l'« autre Terre ». Mais trois amis répondant a un appel reçoivent les Dino-Guts et se dressent contre les Evoliens après s'être transformés en Abarangers.

Jusqu'a decouvrir Abaranger, mon sentai prefere etait Jetman (Carranger est hors-concours, c'est plus une parodie qu'autre chose), depuis il a du se contenter de la 2eme place. Comme disent les jeunes, "c tro d'la bal!!". J'ai trouve (pour moi!) le sentai quasi-parfait a tous niveaux.
-les persos sont TOUS tres interessants, travailles, et originaux
-dont le Red qui est pere d'une petite fille de 5 ans (du jamais vu dans un tokusatsu je pense). Bon, c'est pas sa vraie fille, mais sa niece qu'il a adoptee a la mort de ses parents en fait

-l'histoire se suit de maniere presque ininterrompue. Certes, les episodes 3 a 17 sont plus classiques, mais apres ca s'enchaine sans arret, avec plein de rebondissements, sans temps mort. A la fin d'un episode, on a toujours envie de voir le suivant juste apres (en ce qui me concerne, c'est le signe des grandes series)
-Abarekiller a une mechante classe. On n'a jamais vu un Ranger aussi dark. 

-il y a des moments assez poignants (j'avoue avoir pleure plusieurs fois)
-mais aussi beaucoup d'humour (dont le personnage de Yatsudenwani. Un monstre qui passe du cote des gentils, pas sur que ca existe dans un autre sentai. Il y a aussi un episode ou il chante, c'est assez hilarant...)
     

les bons (enfin Abarekiller (a gauche) ne les rejoint qu'a la fin)

     les mauvais

     Yatsudenwani, un perso hilarant


J'ai adore aussi un episode qui commence par 3 monstres "Evoranger" (les mechants s'appellent les Evolian), l'opening debute mais avec des images et des paroles differentes, a la gloire des Evoranger bien sur :-) Et puis au bout de quelques secondes, Abarekiller debarque et coupe tout "c'est pas fini vos conneries?", et on passe au generique normal
-les monstres justement sont souvent tres reussis, dans le genre de ceux de Jetman, a base d'objets de la vie quotidienne
-relativement peu de sequences de combats avec les robots (parfois rien durant plusieurs episodes), la serie s'attarde avant tout sur la trame principale et les relations entre personnages
-la Yellow est jolie et la mechante tres belle :-)
-les musiques (de Kentaro Haneda) et surtout les nombreuses chansons sont tres bien
-il y a une scene de sexe (episode 28). On peut apprecier ou pas, mais oser mettre ca dans un sentai, je dis bravo pour l'audace. Attention hein, c'est mega soft evidemment.
-quasiment pas d'episode sans interet ou bouche-trou, a part le Special Noel, qui comporte pas mal de flashbacks

 -certains seiyuu celebres pretent leur voix aux dinosaures et monstres (dont Hikaru Midorikawa)

Abaranger est une bonne serie jusqu'a l'episode 17, et excellente apres. Je n'ai vraiment rien a lui reprocher.



                                                   L'opening
 

vendredi 28 avril 2017

Timeranger


(article initialement publie le 31 Mai 2010)
Au XXXe siècle, le voyage dans le temps est devenu illégal suite à une crise paradoxale. Le Département de protection du temps est alors chargé de punir les crimes temporels. Quatre nouveaux cadets du Département de protection du temps sont vaincus par Don Dolnero et sa bande. Les malfaiteurs remontent alors le temps jusqu'au XXe siècle pour pouvoir oeuvrer librement... Les quatre cadets les suivent, mais un sérieux problème se pose : pour pouvoir fonctionner lors de la première opération, le programme Time Ranger importe que l'équipe soit composée de cinq membres...

Si pour vous, le sentai c'est avant tout une serie repetitive, mal realisee, et pour gamins, et bien... vous n'avez pas tout a fait tort :-) Mais ca depend en fait. Depuis Jetman (1990), le dernier sentai diffuse en France, on a vraiment eu des trucs tres bons, et parfois tres elabores. Franchement, des series comme Dairanger ou Timeranger (dont je vais parler ici) ont un contenu suffisamment interessant pour interesser meme un public age, meme si, oui, on n'echappera pas aux heros multicolores et aux choregraphies outrancieres, mais l'interet d'un sentai n'est pas la. D'ailleurs, meme parmi les vieux sentai (j'entends par-la tout ce qui date d'avant Dairanger, qui est vraiment une cassure dans le genre), on a des trucs excellents (Liveman notamment).




Abaranger et Jetman sont mes sentai preferes, mais Timeranger est vraiment tres bon. Il souffre helas de 2-3 defauts qui l'empechent de devenir une serie mythique. On va commencer par la, ce sera fait.
-les mechants ne sont vraiment pas terribles. Et peu nombreux (trois dont une fille). Dur d'avoir une bonne histoire sans bon mechant
-de plus, a la fin de la serie, on ne sait pas ce que devient cette derniere! Elle est vivante et n'a pas participe a un seul combat, on ne peut donc que supposer que cette criminelle du 30eme siecle est condamnee a passer le reste de ses jours a notre epoque sans etre inquietee...
-la relation amoureuse entre Red et Pink, qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe. Durant la premiere moitie de la serie, RIEN qui ne peut laisser le presager, et puis quasiment du jour au lendemain on dirait que ca dure depuis deja un certain temps (et ca ne se "concluera" vraiment qu'a la toute fin du dernier episode). Il aurait fallu amener ca plus progressivement et plus tot.
-on aurait aime plus d'interactions entre l'an 3000 et l'an 2000. Il y en a, mais essentiellement dans les derniers episodes ou ca se bouscule pas mal. La aussi, j'aurais aime plus progressif



C'est a peu pres tout... Maintenant les bons cotes
-Timepink: pour la premiere fois (et unique?) fois dans un sentai, le leader du groupe c'est la fille!! (jouee par la magnifique Mika Katsumura)
-les persos principaux sont tous tres reussis
-l'histoire se focalise beaucoup sur les relations entre les persos. Relations d'amitie, familiales, de travail, amoureuses...
-Timepink
-un ton assez sombre. Timeranger est un des derniers sentai (enfin je ne les ai pas tous vus non plus) avec un vrai contenu souvent pas tres gai. Pas mal de morts de civils innocents, et il y a pas mal de disputes/separations. Meme si ca n'empeche pas quelques scenes humoristiques de temps en temps
-de nombreux themes evoques de maniere tres metaphorique parfois: le racisme (un des Ranger est extra-terrestre), le libre-arbitre, la peine de mort (ca doit etre le seul sentai ou les monstres ne sont pas tues mais cryogenises le temps qu'ils purgent leur peine de prison)...
-Timepink
-l'opening est excellent (c'est egalement le seul de toute l'histoire des sentai a etre interprete par une femme)
-la sequence de transformation est sinon la plus belle, tout du moins la plus originale, la plus dynamique, que j'ai vue dans un sentai
-Timepink
-la fin. Terriblement triste (pas dramatique hein, mais tres triste). J'ai chiale comme une madeleine. Une conclusion somme toute logique mais justement, on est dans une fiction, cela aurait pu etre beaucoup plus "happy ending".
Plus globalement, un des messages de Timeranger c'est: la vie est dure, parfois insupportable (maladie, separation, mort...) mais on n'a pas le choix, il faut continuer a vivre coute que coute
-l'environnement est plus realiste qu'a l'accoutumee. Le gouvernement, la police, jouent un role. Les Timeranger tentent de garder leur identite secrete, et plus encore le fait qu'ils viennent du 30eme siecle. Ce n'est pas comme dans la plupart des autres sentai ou on a l'impression que les heros affrontent les mechants dans leur coin, et que les autorites s'en foutent totalement.
-Ai-je cite Timepink?

Bref, un incontournable a voir absolument.

L'opening


Le meme en anglais (depuis plus de 15 ans, les opening de sentai existent aussi parfois en version anglaise, ne me demandez pas pourquoi... Aucun rapport avec les Power Rangers hein! Ca se trouve uniquement sur les CD jap)

lundi 24 avril 2017

Blue Comet SPT Layzner

(article initialement publie le 22 Fevrier 2011)

Titre original: Aoki Ryuusei Layzner
Annee: 1985
Nombre d'episodes: 38 + 3 OVA
Auteur: Tsunehisa Itou et Ryousuke Takahashi


L'histoire debute en 1996, sur une base martienne internationale. La Guerre Froide est toujours d'actualite, les Americains et les Russes ont aussi la leur. Mais cette base va etre attaquee par de mysterieux ennemis.

A noter que contrairement a d'autres anime "classiques", ou personne n'est surpris par l'existence d'extra-terrestres, ici dans un premier temps de nombreux personnages refuseront d'y croire. Le heros, Eiji, aux commandes du robot Layzner, est un metis Terrien/Grados, ayant fui sa planete pour prevenir la Terre du danger qu'elle court, mais on ne peut pas dire qu'il sera accueili a bras ouverts...
Evidemment, les Americains croiront qu'il s'agit des Sovietiques, et vice-et-versa. Un tel retard avant d'admettre la realite empechera les Terriens de vraiment preparer une riposte, qui de toutes facons aurait ete inutile, vu la difference de niveau technologique...
Car oui, pour une fois, les "mechants" (c'est beaucoup moins manicheen que ca) gagnent, et envahissent la Terre, et eliminent une partie de l'Humanite au passage...

Layzner se partage en 2 parties bien distinctes:
-en 1996, sur Mars, ou les heros luttent pour leur survie. C'est limite un thriller (a tendance claustrophobique), avec un suspense haletant, ou on se demande quels personnages seront encore vivants a la fin de l'episode. On remarquera que Eiji n'a rien du heros invincible, et en bave deja mechamment rien que face a de simples soldats de base.
-puis, a l'episode 25, on saute directement 3 ans plus tard (en 1999 donc). Le groupe de heros n'a pas reussi a repousser l'empire de Grados, qui s'est rendu maitre de notre planete.
Et la et bien... Si vous aimez Hokuto no Ken et les robots, vous adorerez cette 2eme partie! (sans compter le fait que vous avez bon gout :-) )
C'est parfois limite plagiat, les decors, la mise en scene, certains personnages (dont Julia (sic), qui a un role presque semblable a la Yuria de HNK)... Eiji a mysterieusement disparu 3 ans auparavant, les Terriens sont resignes pour la plupart, mais la rebellion s'organise (comme dans Ken 2)... Et le chara design des mechants bon sang! Du pur Ken!

J'ai decouvert l'anime en 2010, et je suis devenu fan tres rapidement. La 1ere partie possede un suspense a couper le souffle, la 2eme est plus orientee action (et le fait qu'elle rappelle Ken est un bon point en ce qui me concerne!). Dans les 2 cas, les personnages sont tres interessants, sans compter le fait que graphiquement c'est chouette, typique de la belle japanim du milieu des annees 80 (avec ses reflets sur les mechas, ses persos qui ne ressemblent pas a des ados anorexiques, etc), la bande-son est plus qu'honnete (l'opening est tres populaire au Japon), il n'y a pas de temps mort...

Helas, Layzner est une serie frustrante (meme si elle figure desormais dans le top 10 de mes anime preferes).
A la base, le DA devait faire 52 episodes. Malheureusement, les ventes de jouets n'ont pas plu a Bandai, et la serie a ete considerablement raccourcie par rapport au script original. Deja, qu'est-ce qui se passe entre 1996 et 1999, on ne sait quasiment pas! (En fait, ce sera explique apres coup dans un roman, mais bon...) Ensuite, l'histoire avance normalement jusqu'a la fin de l'episode 37 et... on saute une dizaine d'episodes (jamais realises) d'un coup! Pour finir sur le 38, sans le moindre resume ni explication... (Sakikage Otokojuku avait connu le meme probleme, mais au moins il y avait un vague resume des evenements etant censes se derouler lors des episodes sautes. La, que dalle). De plus, ce n'est meme pas la vraie fin. En fait, il y a 3 fins differentes.


Plus tard ont ete realisees 3 OVA. Les 2 premieres resument la serie (aucun interet donc), la 3eme est une nouvelle version de l'episode 38, ou les auteurs ont tache de rajouter un certain nombre d'elements sautes dans la serie, afin de rendre le tout plus comprehensible.
Neanmoins, le DA s'arrete la, alors qu'il devait encore y avoir quelques episodes ou Eiji retourne sur Grados pour liberer ses parents prisonniers.
L'integrale du script de base existe, mais alors pour l'obtenir... A l'epoque de la sortie des LD-BOX (il y en a 2), il y avait 2 bons (un dans chaque BOX) a renvoyer, et on recevait un roman contenant l'integralite du scenario. Ce roman n'a jamais ete edite autre part, et vous vous doutez bien que meme en acquerant aujourd'hui les BOX en occasion et en renvoyant les bons (s'ils y sont encore), il est epuise depuis belle lurette...
On a donc 3 fins: celle de la serie TV, celle des OVA (nettement mieux), et celle (jamais realisee) du roman.
Si vous vous lancez dans Layzner (ce que je vous conseille vivement!!), regardez les 37 premiers episodes, puis sautez le 38 et remplacez-le par le 3eme OVA.

Anecdote: certains pensent que Layzner a influence Akira Toriyama, pour l'objet du scouter (tres utilise par les pilotes de robots)

En realite, le scouter a ete apercu pour la premiere fois dans l'animation japonaise (a ma connaissance) dans Panzer World Galient (1984), dont je vous reparlerai prochainement. Peut-etre que Toriyama a vu Layzner et pas Galient, je ne sais pas, mais l'objet est bien apparu en 1er dans Galient.
 
L'opening
video

En bonus, un petit delire: des images de Layzner sur le generique de Ken 2  
video

vendredi 14 avril 2017

La Quete du Graal - critiques partie 2

(article initialement publie le 9 Juin 2010)

Résumé :
La révolte gronde à Avalon : Excalibur, la légendaire épée du roi Arthur, a disparu. Excalibur, le symbole du pouvoir royal. Vous seul pouvez la retrouver. Car il n'est pas d'autre héros qui oserait affronter les terribles dangers du Royaume de l'Epouvante, combattre les Borfax, déjouer les pièges de la ville de Scroghollow en proie à la féroce jalousie des deux rois Blagwort et Blogwort. Heureusement, Merlin est là pour vous aider... mais le grand mage a lui-même fort à faire en ces périodes troublées. Vite, ne tardez pas à vous mettre à la recherche d'Excalibur, la destinée d'Arthur est aujourd'hui entre vos mains !

Avis :
Il s'agit d'un de mes tous premiers LDVEH, mon premier Quête du Graal, et le livre qui m'aura le plus marqué, toutes séries confondues. C'est bien simple, il est parfait. Tout d'abord, le décor. Stonehenge et ses environs (Salisbury), le Royaume des Fées, et enfin la ville de Scroghollow. Tout amoureux des légendes celtiques ne pourra qu'y trouver son compte ! Le tout est tellement surnaturel et non-cartésien qu'il m'est impossible de le décrire ici avec de simples mots ; mais on a vraiment l'impression d'être transporté dans un autre monde... Une expérience unique. Là encore, comme dans L'Antre des Dragons, un background tellement intéressant qu'il aurait mérité d'être réutilisé (mais que diable y a-t-il de l'autre cote du Mur des Géants ???)

Un seul petit défaut tout de même... La difficulté. Croyez-moi, vous allez en baver !! Une énigme, particulièrement, est assez corsée... Sans parler des repères qui changent sans arrêt une fois dans le Royaume des Fées... Et le Démon de la Tour, et le Crapodile... Le pire concernant peut-être la Maison de Merlin, une chance sur six de mourir à chaque fois que vous vous y rendez (et vous en aurez besoin sans doute bien des fois...) Je l'avoue, sans tricher, finir cette aventure tient presque du miracle. Mais le reste est tellement enchanteur qu'on s'accroche.

Le meilleur volume avec Le Temps de la Malédiction. Mention spéciale pour l'illustration de couverture, absolument sublime !

Note :
9/10
  
Résumé :
La malédiction règne à Camelot ! L'or rouille et le soleil même semble rongé de moisissures, les vêtements pourrissent et tombent en lambeaux. Le roi Arthur et ses chevaliers impuissants restent claquemurés dans les salles humides de ce qui fut autrefois le fier château de Camelot. Le royaume est plongé dans le chaos et seul un héros d'un courage, d'une force, d'une intelligence, d'une chance et d'une beauté presque inconcevables peut le sauver d'un sort aussi funeste, en découvrant qui - ou quoi - est responsable du désastre qui s'est abattu, telle une avalanche, sur Avalon. En d'autres termes, on a cruellement besoin de vous.

Avis :
Voici l'autre pièce magistrale de la série avec Au Royaume de l'Epouvante. Là encore, vous allez voir du pays ! Glastonbury, Camelot, le Plan Astral... pour finir dans une fabrique de poupées... Le Plan Astral, comme son nom peut le laisser deviner, n'a pas exactement d'existence physique, je mettrais ma main à couper que les expériences paranormales de Brennan ne sont pas étrangères à l'invention de ce lieu...
Dans le genre « onirique et absurde », je tire mon chapeau au paragraphe 180... « Le sol est dallé de marbre, avec une bordure en mosaïque qui en fait tout le tour. Juste devant vous se trouvent alignées trois citrouilles géantes, avec des trous découpés leur donnant l'aspect de visages hilarants. Vers le fond de la pièce, vous apercevez deux piliers de marbre massif sculptés en forme de gigantesques points d'interrogation. Entre ces piliers, et incrustée dans le sol, se trouve une énorme (et terrifiante) tête de mort surmontant deux tibias croisés. De part et d'autre de ce symbole sont accroupis deux très beaux spécimens du rarissime Manx à longue queue, Felix Terribilis, le plus dangereux peut-être de tous les félins, y compris le tigre à dents de sabre. Entre les piliers, insoucieux des deux terribles chats, un ravissant petit lapin, vêtu d'une veste rose, est assis sur son derrière. Il vous salue d'un geste amical.
Mais le plus intéressant de tout, c'est le bras de pierre qui surgit du mur du fond à gauche, car ce bras se prolonge par une main, en pierre également, tenant une grosse bourse en cuir sur laquelle quelqu'un a tracé le symbole bien connu de la Guilde des Orfèvres, indiquant que cette bourse contient un vrai trésor ».
Euh... franchement, j'aimerais bien savoir ce que l'auteur a fumé avant d'écrire ce passage.

Le livre est moins difficile que le volume précédent, bien que vous risquiez fort de vous perdre dans les souterrains du château... Un passage assez énervant pour dire la vérité.
A noter que dans l'une des maisons de Merlin (dans le puits du village), vous découvrez dans sa bibliothèque un ouvrage de Loup*Ardent :) Par ailleurs, le méchant de l'histoire n'est pas forcement celui que l'on croit... Une idée qu'on aimerait voir plus souvent dans les LDVEH.

Encore une fois, une réussite totale qui mérite de figurer dans votre bibliothèque.

Note :
9/10 (mériterait 9,5 si l'auteur avait écourté le passage des souterrains)



Résumé :
Merlin (que la soif de l'or a rendu à moitié fou) vous a confié une mission : aller récupérer de l'argent qu'on lui doit depuis trop longtemps. Bien qu'il vous ait affirmé que tout se passera comme sur des roulettes, vous n'en êtes pas tout à fait convaincu. Et vos pires craintes se matérialisent lorsque vous pénétrez dans les galeries sombres et poussiéreuses du Tombeau des Maléfices...

Avis :
A l'instar du Château des Ténèbres, le plus gros de l'aventure se déroule dans un seul et unique lieu (le tombeau). Le livre propose un système de portes secrètes qui sera repris dans le premier volume de la série Epouvante. Malheureusement, il s'agit d'un système qui encourage la triche plus qu'autre chose... A la fin du livre, vous avez accès à un tableau avec tous les paragraphes. A côté de certains d'entre eux, il est indiqué un numéro de paragraphe correspondant à une porte secrète. Mais pour pouvoir accéder à ce tableau, vous devez SYSTEMATIQUEMENT lancer un dé, avec seulement 50% de chances de réussir. Sachant qu'il faut relancer le dé à chaque paragraphe... (ce n'est pas obligatoire, mais indispensable si vous voulez terminer le livre...)

De plus, ce volet est le plus difficile de toute la série. Vous allez tourner en rond dans le tombeau très longtemps avant d'en voir le bout... Plus que les monstres, les pièges sont particulièrement dangereux, et votre capital de POINTS DE VIE risque de descendre très vite à un niveau alarmant...
Un livre plutot bon, mais qui manque un peu d'originalité, et surtout qui souffre d'une difficulté exagérée.

Note :
7/10



Résumé :
Cette fois, Pip, c'est la Légion des Morts que vous allez devoir affronter. Une effroyable cohorte de squelettes, de vampires, de créatures de toutes sortes qui, après avoir ravagé l'Ecosse, se dirige vers Avalon. Et ne comptez pas trop sur Merlin pour vous aider. Il est, paraît-il, mort ! (Quoique avec Merlin il faut s'attendre a tout...) Vite, ne perdez pas une seconde, le roi Arthur a besoin de VOUS !

Avis :
La série se termine en beauté, tout en proposant une pseudo-fin. L'histoire vous conduira cette fois en Ecosse (avec un passage obligé sur le Loch Ness), ainsi que dans une grotte où tout est en 2 dimensions... Les amoureux de l'Ecosse seront ravis ! Par ailleurs, ce livre est une bonne occasion de réviser son latin, car il est truffé de citations latines (la Légion des Morts étant avant tout composée de (squelettes de) légionnaires romains...) Vous allez devoir faire face à tous les ennemis que vous avez occis dans le passé, sachant que Merlin est... mais je n'en dirai pas plus !

Le livre n'est pas trop difficile, hormis une énigme dont je n'ai JAMAIS trouvé la solution (un problème de coup de ciseaux...)
On ne peut que ressentir un peu de tristesse une fois le livre terminé, car c'est ainsi que s'achèvent les aventures de Pip...
Sans être le meilleur, ce dernier épisode finit tres convenablement la série, malgre un paragraphe final un peu incomprehensible suite a une erreur de traduction. Ceux qui connaissent l'histoire originelle du Graal feront le rapprochement tout de suite mais les autres...

Note :
8/10