vendredi 28 avril 2017

Timeranger


(article initialement publie le 31 Mai 2010)
Au XXXe siècle, le voyage dans le temps est devenu illégal suite à une crise paradoxale. Le Département de protection du temps est alors chargé de punir les crimes temporels. Quatre nouveaux cadets du Département de protection du temps sont vaincus par Don Dolnero et sa bande. Les malfaiteurs remontent alors le temps jusqu'au XXe siècle pour pouvoir oeuvrer librement... Les quatre cadets les suivent, mais un sérieux problème se pose : pour pouvoir fonctionner lors de la première opération, le programme Time Ranger importe que l'équipe soit composée de cinq membres...

Si pour vous, le sentai c'est avant tout une serie repetitive, mal realisee, et pour gamins, et bien... vous n'avez pas tout a fait tort :-) Mais ca depend en fait. Depuis Jetman (1990), le dernier sentai diffuse en France, on a vraiment eu des trucs tres bons, et parfois tres elabores. Franchement, des series comme Dairanger ou Timeranger (dont je vais parler ici) ont un contenu suffisamment interessant pour interesser meme un public age, meme si, oui, on n'echappera pas aux heros multicolores et aux choregraphies outrancieres, mais l'interet d'un sentai n'est pas la. D'ailleurs, meme parmi les vieux sentai (j'entends par-la tout ce qui date d'avant Dairanger, qui est vraiment une cassure dans le genre), on a des trucs excellents (Liveman notamment).




Abaranger et Jetman sont mes sentai preferes, mais Timeranger est vraiment tres bon. Il souffre helas de 2-3 defauts qui l'empechent de devenir une serie mythique. On va commencer par la, ce sera fait.
-les mechants ne sont vraiment pas terribles. Et peu nombreux (trois dont une fille). Dur d'avoir une bonne histoire sans bon mechant
-de plus, a la fin de la serie, on ne sait pas ce que devient cette derniere! Elle est vivante et n'a pas participe a un seul combat, on ne peut donc que supposer que cette criminelle du 30eme siecle est condamnee a passer le reste de ses jours a notre epoque sans etre inquietee...
-la relation amoureuse entre Red et Pink, qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe. Durant la premiere moitie de la serie, RIEN qui ne peut laisser le presager, et puis quasiment du jour au lendemain on dirait que ca dure depuis deja un certain temps (et ca ne se "concluera" vraiment qu'a la toute fin du dernier episode). Il aurait fallu amener ca plus progressivement et plus tot.
-on aurait aime plus d'interactions entre l'an 3000 et l'an 2000. Il y en a, mais essentiellement dans les derniers episodes ou ca se bouscule pas mal. La aussi, j'aurais aime plus progressif



C'est a peu pres tout... Maintenant les bons cotes
-Timepink: pour la premiere fois (et unique?) fois dans un sentai, le leader du groupe c'est la fille!! (jouee par la magnifique Mika Katsumura)
-les persos principaux sont tous tres reussis
-l'histoire se focalise beaucoup sur les relations entre les persos. Relations d'amitie, familiales, de travail, amoureuses...
-Timepink
-un ton assez sombre. Timeranger est un des derniers sentai (enfin je ne les ai pas tous vus non plus) avec un vrai contenu souvent pas tres gai. Pas mal de morts de civils innocents, et il y a pas mal de disputes/separations. Meme si ca n'empeche pas quelques scenes humoristiques de temps en temps
-de nombreux themes evoques de maniere tres metaphorique parfois: le racisme (un des Ranger est extra-terrestre), le libre-arbitre, la peine de mort (ca doit etre le seul sentai ou les monstres ne sont pas tues mais cryogenises le temps qu'ils purgent leur peine de prison)...
-Timepink
-l'opening est excellent (c'est egalement le seul de toute l'histoire des sentai a etre interprete par une femme)
-la sequence de transformation est sinon la plus belle, tout du moins la plus originale, la plus dynamique, que j'ai vue dans un sentai
-Timepink
-la fin. Terriblement triste (pas dramatique hein, mais tres triste). J'ai chiale comme une madeleine. Une conclusion somme toute logique mais justement, on est dans une fiction, cela aurait pu etre beaucoup plus "happy ending".
Plus globalement, un des messages de Timeranger c'est: la vie est dure, parfois insupportable (maladie, separation, mort...) mais on n'a pas le choix, il faut continuer a vivre coute que coute
-l'environnement est plus realiste qu'a l'accoutumee. Le gouvernement, la police, jouent un role. Les Timeranger tentent de garder leur identite secrete, et plus encore le fait qu'ils viennent du 30eme siecle. Ce n'est pas comme dans la plupart des autres sentai ou on a l'impression que les heros affrontent les mechants dans leur coin, et que les autorites s'en foutent totalement.
-Ai-je cite Timepink?

Bref, un incontournable a voir absolument.

L'opening


Le meme en anglais (depuis plus de 15 ans, les opening de sentai existent aussi parfois en version anglaise, ne me demandez pas pourquoi... Aucun rapport avec les Power Rangers hein! Ca se trouve uniquement sur les CD jap)

lundi 24 avril 2017

Blue Comet SPT Layzner

(article initialement publie le 22 Fevrier 2011)

Titre original: Aoki Ryuusei Layzner
Annee: 1985
Nombre d'episodes: 38 + 3 OVA
Auteur: Tsunehisa Itou et Ryousuke Takahashi


L'histoire debute en 1996, sur une base martienne internationale. La Guerre Froide est toujours d'actualite, les Americains et les Russes ont aussi la leur. Mais cette base va etre attaquee par de mysterieux ennemis.

A noter que contrairement a d'autres anime "classiques", ou personne n'est surpris par l'existence d'extra-terrestres, ici dans un premier temps de nombreux personnages refuseront d'y croire. Le heros, Eiji, aux commandes du robot Layzner, est un metis Terrien/Grados, ayant fui sa planete pour prevenir la Terre du danger qu'elle court, mais on ne peut pas dire qu'il sera accueili a bras ouverts...
Evidemment, les Americains croiront qu'il s'agit des Sovietiques, et vice-et-versa. Un tel retard avant d'admettre la realite empechera les Terriens de vraiment preparer une riposte, qui de toutes facons aurait ete inutile, vu la difference de niveau technologique...
Car oui, pour une fois, les "mechants" (c'est beaucoup moins manicheen que ca) gagnent, et envahissent la Terre, et eliminent une partie de l'Humanite au passage...

Layzner se partage en 2 parties bien distinctes:
-en 1996, sur Mars, ou les heros luttent pour leur survie. C'est limite un thriller (a tendance claustrophobique), avec un suspense haletant, ou on se demande quels personnages seront encore vivants a la fin de l'episode. On remarquera que Eiji n'a rien du heros invincible, et en bave deja mechamment rien que face a de simples soldats de base.
-puis, a l'episode 25, on saute directement 3 ans plus tard (en 1999 donc). Le groupe de heros n'a pas reussi a repousser l'empire de Grados, qui s'est rendu maitre de notre planete.
Et la et bien... Si vous aimez Hokuto no Ken et les robots, vous adorerez cette 2eme partie! (sans compter le fait que vous avez bon gout :-) )
C'est parfois limite plagiat, les decors, la mise en scene, certains personnages (dont Julia (sic), qui a un role presque semblable a la Yuria de HNK)... Eiji a mysterieusement disparu 3 ans auparavant, les Terriens sont resignes pour la plupart, mais la rebellion s'organise (comme dans Ken 2)... Et le chara design des mechants bon sang! Du pur Ken!

J'ai decouvert l'anime en 2010, et je suis devenu fan tres rapidement. La 1ere partie possede un suspense a couper le souffle, la 2eme est plus orientee action (et le fait qu'elle rappelle Ken est un bon point en ce qui me concerne!). Dans les 2 cas, les personnages sont tres interessants, sans compter le fait que graphiquement c'est chouette, typique de la belle japanim du milieu des annees 80 (avec ses reflets sur les mechas, ses persos qui ne ressemblent pas a des ados anorexiques, etc), la bande-son est plus qu'honnete (l'opening est tres populaire au Japon), il n'y a pas de temps mort...

Helas, Layzner est une serie frustrante (meme si elle figure desormais dans le top 10 de mes anime preferes).
A la base, le DA devait faire 52 episodes. Malheureusement, les ventes de jouets n'ont pas plu a Bandai, et la serie a ete considerablement raccourcie par rapport au script original. Deja, qu'est-ce qui se passe entre 1996 et 1999, on ne sait quasiment pas! (En fait, ce sera explique apres coup dans un roman, mais bon...) Ensuite, l'histoire avance normalement jusqu'a la fin de l'episode 37 et... on saute une dizaine d'episodes (jamais realises) d'un coup! Pour finir sur le 38, sans le moindre resume ni explication... (Sakikage Otokojuku avait connu le meme probleme, mais au moins il y avait un vague resume des evenements etant censes se derouler lors des episodes sautes. La, que dalle). De plus, ce n'est meme pas la vraie fin. En fait, il y a 3 fins differentes.


Plus tard ont ete realisees 3 OVA. Les 2 premieres resument la serie (aucun interet donc), la 3eme est une nouvelle version de l'episode 38, ou les auteurs ont tache de rajouter un certain nombre d'elements sautes dans la serie, afin de rendre le tout plus comprehensible.
Neanmoins, le DA s'arrete la, alors qu'il devait encore y avoir quelques episodes ou Eiji retourne sur Grados pour liberer ses parents prisonniers.
L'integrale du script de base existe, mais alors pour l'obtenir... A l'epoque de la sortie des LD-BOX (il y en a 2), il y avait 2 bons (un dans chaque BOX) a renvoyer, et on recevait un roman contenant l'integralite du scenario. Ce roman n'a jamais ete edite autre part, et vous vous doutez bien que meme en acquerant aujourd'hui les BOX en occasion et en renvoyant les bons (s'ils y sont encore), il est epuise depuis belle lurette...
On a donc 3 fins: celle de la serie TV, celle des OVA (nettement mieux), et celle (jamais realisee) du roman.
Si vous vous lancez dans Layzner (ce que je vous conseille vivement!!), regardez les 37 premiers episodes, puis sautez le 38 et remplacez-le par le 3eme OVA.

Anecdote: certains pensent que Layzner a influence Akira Toriyama, pour l'objet du scouter (tres utilise par les pilotes de robots)

En realite, le scouter a ete apercu pour la premiere fois dans l'animation japonaise (a ma connaissance) dans Panzer World Galient (1984), dont je vous reparlerai prochainement. Peut-etre que Toriyama a vu Layzner et pas Galient, je ne sais pas, mais l'objet est bien apparu en 1er dans Galient.
 
L'opening
video

En bonus, un petit delire: des images de Layzner sur le generique de Ken 2  
video

vendredi 14 avril 2017

La Quete du Graal - critiques partie 2

(article initialement publie le 9 Juin 2010)

Résumé :
La révolte gronde à Avalon : Excalibur, la légendaire épée du roi Arthur, a disparu. Excalibur, le symbole du pouvoir royal. Vous seul pouvez la retrouver. Car il n'est pas d'autre héros qui oserait affronter les terribles dangers du Royaume de l'Epouvante, combattre les Borfax, déjouer les pièges de la ville de Scroghollow en proie à la féroce jalousie des deux rois Blagwort et Blogwort. Heureusement, Merlin est là pour vous aider... mais le grand mage a lui-même fort à faire en ces périodes troublées. Vite, ne tardez pas à vous mettre à la recherche d'Excalibur, la destinée d'Arthur est aujourd'hui entre vos mains !

Avis :
Il s'agit d'un de mes tous premiers LDVEH, mon premier Quête du Graal, et le livre qui m'aura le plus marqué, toutes séries confondues. C'est bien simple, il est parfait. Tout d'abord, le décor. Stonehenge et ses environs (Salisbury), le Royaume des Fées, et enfin la ville de Scroghollow. Tout amoureux des légendes celtiques ne pourra qu'y trouver son compte ! Le tout est tellement surnaturel et non-cartésien qu'il m'est impossible de le décrire ici avec de simples mots ; mais on a vraiment l'impression d'être transporté dans un autre monde... Une expérience unique. Là encore, comme dans L'Antre des Dragons, un background tellement intéressant qu'il aurait mérité d'être réutilisé (mais que diable y a-t-il de l'autre cote du Mur des Géants ???)

Un seul petit défaut tout de même... La difficulté. Croyez-moi, vous allez en baver !! Une énigme, particulièrement, est assez corsée... Sans parler des repères qui changent sans arrêt une fois dans le Royaume des Fées... Et le Démon de la Tour, et le Crapodile... Le pire concernant peut-être la Maison de Merlin, une chance sur six de mourir à chaque fois que vous vous y rendez (et vous en aurez besoin sans doute bien des fois...) Je l'avoue, sans tricher, finir cette aventure tient presque du miracle. Mais le reste est tellement enchanteur qu'on s'accroche.

Le meilleur volume avec Le Temps de la Malédiction. Mention spéciale pour l'illustration de couverture, absolument sublime !

Note :
9/10
  
Résumé :
La malédiction règne à Camelot ! L'or rouille et le soleil même semble rongé de moisissures, les vêtements pourrissent et tombent en lambeaux. Le roi Arthur et ses chevaliers impuissants restent claquemurés dans les salles humides de ce qui fut autrefois le fier château de Camelot. Le royaume est plongé dans le chaos et seul un héros d'un courage, d'une force, d'une intelligence, d'une chance et d'une beauté presque inconcevables peut le sauver d'un sort aussi funeste, en découvrant qui - ou quoi - est responsable du désastre qui s'est abattu, telle une avalanche, sur Avalon. En d'autres termes, on a cruellement besoin de vous.

Avis :
Voici l'autre pièce magistrale de la série avec Au Royaume de l'Epouvante. Là encore, vous allez voir du pays ! Glastonbury, Camelot, le Plan Astral... pour finir dans une fabrique de poupées... Le Plan Astral, comme son nom peut le laisser deviner, n'a pas exactement d'existence physique, je mettrais ma main à couper que les expériences paranormales de Brennan ne sont pas étrangères à l'invention de ce lieu...
Dans le genre « onirique et absurde », je tire mon chapeau au paragraphe 180... « Le sol est dallé de marbre, avec une bordure en mosaïque qui en fait tout le tour. Juste devant vous se trouvent alignées trois citrouilles géantes, avec des trous découpés leur donnant l'aspect de visages hilarants. Vers le fond de la pièce, vous apercevez deux piliers de marbre massif sculptés en forme de gigantesques points d'interrogation. Entre ces piliers, et incrustée dans le sol, se trouve une énorme (et terrifiante) tête de mort surmontant deux tibias croisés. De part et d'autre de ce symbole sont accroupis deux très beaux spécimens du rarissime Manx à longue queue, Felix Terribilis, le plus dangereux peut-être de tous les félins, y compris le tigre à dents de sabre. Entre les piliers, insoucieux des deux terribles chats, un ravissant petit lapin, vêtu d'une veste rose, est assis sur son derrière. Il vous salue d'un geste amical.
Mais le plus intéressant de tout, c'est le bras de pierre qui surgit du mur du fond à gauche, car ce bras se prolonge par une main, en pierre également, tenant une grosse bourse en cuir sur laquelle quelqu'un a tracé le symbole bien connu de la Guilde des Orfèvres, indiquant que cette bourse contient un vrai trésor ».
Euh... franchement, j'aimerais bien savoir ce que l'auteur a fumé avant d'écrire ce passage.

Le livre est moins difficile que le volume précédent, bien que vous risquiez fort de vous perdre dans les souterrains du château... Un passage assez énervant pour dire la vérité.
A noter que dans l'une des maisons de Merlin (dans le puits du village), vous découvrez dans sa bibliothèque un ouvrage de Loup*Ardent :) Par ailleurs, le méchant de l'histoire n'est pas forcement celui que l'on croit... Une idée qu'on aimerait voir plus souvent dans les LDVEH.

Encore une fois, une réussite totale qui mérite de figurer dans votre bibliothèque.

Note :
9/10 (mériterait 9,5 si l'auteur avait écourté le passage des souterrains)



Résumé :
Merlin (que la soif de l'or a rendu à moitié fou) vous a confié une mission : aller récupérer de l'argent qu'on lui doit depuis trop longtemps. Bien qu'il vous ait affirmé que tout se passera comme sur des roulettes, vous n'en êtes pas tout à fait convaincu. Et vos pires craintes se matérialisent lorsque vous pénétrez dans les galeries sombres et poussiéreuses du Tombeau des Maléfices...

Avis :
A l'instar du Château des Ténèbres, le plus gros de l'aventure se déroule dans un seul et unique lieu (le tombeau). Le livre propose un système de portes secrètes qui sera repris dans le premier volume de la série Epouvante. Malheureusement, il s'agit d'un système qui encourage la triche plus qu'autre chose... A la fin du livre, vous avez accès à un tableau avec tous les paragraphes. A côté de certains d'entre eux, il est indiqué un numéro de paragraphe correspondant à une porte secrète. Mais pour pouvoir accéder à ce tableau, vous devez SYSTEMATIQUEMENT lancer un dé, avec seulement 50% de chances de réussir. Sachant qu'il faut relancer le dé à chaque paragraphe... (ce n'est pas obligatoire, mais indispensable si vous voulez terminer le livre...)

De plus, ce volet est le plus difficile de toute la série. Vous allez tourner en rond dans le tombeau très longtemps avant d'en voir le bout... Plus que les monstres, les pièges sont particulièrement dangereux, et votre capital de POINTS DE VIE risque de descendre très vite à un niveau alarmant...
Un livre plutot bon, mais qui manque un peu d'originalité, et surtout qui souffre d'une difficulté exagérée.

Note :
7/10



Résumé :
Cette fois, Pip, c'est la Légion des Morts que vous allez devoir affronter. Une effroyable cohorte de squelettes, de vampires, de créatures de toutes sortes qui, après avoir ravagé l'Ecosse, se dirige vers Avalon. Et ne comptez pas trop sur Merlin pour vous aider. Il est, paraît-il, mort ! (Quoique avec Merlin il faut s'attendre a tout...) Vite, ne perdez pas une seconde, le roi Arthur a besoin de VOUS !

Avis :
La série se termine en beauté, tout en proposant une pseudo-fin. L'histoire vous conduira cette fois en Ecosse (avec un passage obligé sur le Loch Ness), ainsi que dans une grotte où tout est en 2 dimensions... Les amoureux de l'Ecosse seront ravis ! Par ailleurs, ce livre est une bonne occasion de réviser son latin, car il est truffé de citations latines (la Légion des Morts étant avant tout composée de (squelettes de) légionnaires romains...) Vous allez devoir faire face à tous les ennemis que vous avez occis dans le passé, sachant que Merlin est... mais je n'en dirai pas plus !

Le livre n'est pas trop difficile, hormis une énigme dont je n'ai JAMAIS trouvé la solution (un problème de coup de ciseaux...)
On ne peut que ressentir un peu de tristesse une fois le livre terminé, car c'est ainsi que s'achèvent les aventures de Pip...
Sans être le meilleur, ce dernier épisode finit tres convenablement la série, malgre un paragraphe final un peu incomprehensible suite a une erreur de traduction. Ceux qui connaissent l'histoire originelle du Graal feront le rapprochement tout de suite mais les autres...

Note :
8/10

jeudi 13 avril 2017

Good Morning Althea

Titre original: Good Morning Althea
Annee: 1987
Nombre d'episodes: 1 OVA
Auteur: Takehiko Itou


En l'an de grace 2400, les Terriens rentrent en conflit avec une civilisation extra-terrestre. De rarissimes survivants humains vont tenter de penetrer dans le vaisseau-mere pour le detruire...

Oh la vache. Qu'est-ce que je me suis fait chier. Mais vraiment.
Etrangement, je connaissais de nom Good Morning Althea depuis tres longtemps, au moins vingt ans, mais sans vraiment savoir de quoi il s'agissait (hormis le fait que ce soit un OVA de SF). Et bien j'aurais peut-etre mieux fait de rester dans l'ignorance...


C'est pas tres beau (les mecha ca va, rien a redire, mais les persos... Le plus fou, c'est qu'il s'agit de Kia Asamiya au chara design!! On ne reconnait pas DU TOUT son style), les persos ont le charisme d'un flan, et alors l'histoire... Ca partait pas trop mal, il y avait matiere a faire quelque chose d'interessant, mais c'est juste hyper mal exploite. A la base, il s'agit d'un court manga, peut-etre developpe t-il davantage le scenario. La, en tous cas, tout va tellement vite qu'on se rend bien compte qu'on saute 3/4 des trucs.

Inutile de perdre votre temps avec ca. Good Bye Althea.

La bande-annonce

samedi 8 avril 2017

La Quete du Graal - critiques partie 1

(article initialement publie le 24 Mai 2010)

Résumé :

Le Roi Arthur est inquiet. Son Royaume - le légendaire Royaume d'Avalon - vit dans la terreur de redoutables dragons et de sorciers aux pouvoirs maléfiques. Ses fidèles chevaliers de la Table Ronde sont tous partis en quête d'exploits à accomplir, en quête d'honneur et de gloire. Vous seul pouvez donc mener à bien la plus périlleuse des missions : pénétrer dans le Château des Ténèbres, la forteresse enchantée du terrible sorcier Ansalom, et délivrer l'épouse du roi, la reine Guenièvre, qu'il retient prisonnière.

Avis :
Le premier volume de la série, loin d'être le meilleur, mais qui plante le décor et introduit les personnages. Il fait preuve d'un peu moins d'humour que les suivants. Hormis les premiers paragraphes, l'intégrale de l'action se passe au coeur du château d'Ansalom, ce qui, là aussi, diffère du reste de la série où Pip peut se balader de-ci de-là. Il n'y a ni plan ni magie (ou si peu), ni énigme tordue non plus. Je pense que ce premier épisode a dû servir d'essai pour l'auteur, qui s'est en quelque sorte retenu... mais qui ne se gênera plus par la suite.

L'aventure n'est pas très difficile, et même un débutant devrait pouvoir terminer le livre assez rapidement.
Ce volume est le seul où apparaîtra brièvement Viviane, personnage qui dans le cycle arthurien causera la perte de Merlin.
Quitte à commencer la série, autant débuter par celui-là !

Note :
6/10


Résumé :

Un énorme Dragon sanguinaire écume le Royaume d'Avalon, suscitant la terreur et semant la ruine sur son passage. Les courageux chevaliers de la Table Ronde sont impuissants face aux pouvoirs du monstre dont la rage destructrice menace, à Camelot même, la Cour du Roi Arthur. VOUS seul êtes capable de libérer le peuple de cette calamité. Et vous devrez partir à la recherche du cruel reptile, qu'il vous faudra affronter au coeur même de son antre infernal. Mais savez-vous que jusqu'à aujourd'hui personne n'est revenu vivant de l'Antre des Dragons ?

Avis :
Attention, chef-d'oeuvre !! L'un des 3 meilleurs de la série. Tout ce qui fait l'originalité de La Quête du Graal trouve son origine ici. Les plans, les nombreux lieux à visiter, l'humour absurde... et la magie ! Même si son utilisation est souvent des plus hasardeuses...
Pip traversera tour à tour la forêt, le terrible village de La-Pierre-Qui-Mue, des plaines rocheuses, et enfin l'Antre des Dragons, divisé en plusieurs niveaux. Chaque lieu possède une identité forte qui ne peut qu'impressionner le lecteur. Ce village laisse d'ailleurs de nombreuses interrogations en suspend, entre autres son rapport avec le Royaume de Sidhe. Le background était suffisamment étoffé pour s'en resservir lors d'un autre livre, ce que Brennan n'a pas fait. La rencontre avec le Minotaure est également un moment d'anthologie... (lisez et vous comprendrez)
Quant à l'écriture, je trouve qu'elle s'est améliorée depuis Le Château des Ténèbres.

Ce volume vous donnera du fil à retordre. Pas tant par le chemin à parcourir que par les différents pièges et combats qui vous attendent, à commencer par la Méduse et le Dragon de Bronze...
Un fantastique ouvrage, où l'auteur donne le meilleur de lui-même.

Note :
8/10
Résumé :

Le Royaume d'Avalon vit des heures sombres. En effet, les Portes du Sinistre Royaume des Morts se sont ouvertes, livrant passage à d'épouvantables monstres et autres fléaux encore plus effroyables. Comme à l'accoutumée, les Chevaliers de la Table Ronde ont d'autres exploits à accomplir. Et c'est vous qui avez été choisi par le roi Arthur pour mener à bien cette périlleuse mission : refermer les terribles Portes de l'Au-delà.

Avis :
Contrairement à ce que pourrait laisser penser le résumé, le Sinistre Royaume des Morts n'a pas de rapport avec l'Enfer, il s'agit juste d'une dimension différente... de laquelle provenait le Dragon de Bronze que vous aviez vaincu dans l'épisode précédent ! Il va donc falloir refermer les Portes de ce terrifiant endroit avant que d'autres créatures encore plus monstrueuses s'en échappent. Néanmoins, il faudra déjà pouvoir parvenir jusqu'au Royaume... (sachant que vous pouvez vous retrouver par erreur en Afrique! Merci Merlin !) Une fois dans la place, le livre devient assez linéaire. Certes, tous les étages sont représentés sur des plans, mais on ne peut évidemment pas sauter d'une salle à l'autre comme ça... L'univers décrit est loin d'être aussi terrifiant qu'on voudrait nous le faire croire. En comparaison, j'ai trouve la caverne de L'Antre des Dragons bien pire. Le tout est très agréable à lire, pourtant il manque un petit quelque chose, mais je n'arrive pas à trouver quoi. C'est d'autant plus dommage qu'il s'agit du plus gros volume de la série. On a un peu l'impression de parcourir un donjon issu d'un Jeu de Rôle papier, mais tout seul. La difficulté est honnête, malgré quelques combats assez durs.

A noter que les illustrations intérieures sont les plus réussies de toute la série !
Enfin, la description au début des week-ends et des réunions du lundi des Chevaliers est magistrale !!
Un bon livre, avec un background qu'il est dommage de ne pas avoir plus développé.

Note :
7/10



Résumé :

Les Saxons ont envahi Avalon ; le roi Arthur a égaré Excalibur, sa fameuse épée magique ; les Chevaliers de la Table Ronde se chamaillent à qui mieux mieux. Bref, vous seul pouvez remettre un peu d'ordre dans le royaume, et surtout rejeter les Saxons a la mer. Et d'ailleurs, Merlin ne vous laisse pas le choix. D'une formule magique, il vous appelle auprès de lui. Le malheur, c'est que Merlin - comme chacun le sait - est souvent distrait... Parviendrez-vous à retrouver les Saxons parmi tous les héros de la Grèce antique ?

Avis :
Je préfère le dire tout de suite, cet épisode est de loin le moins bon de tous. Dans le sens où l'aventure se passe non pas en Avalon, mais dans la Grèce antique, où Merlin vous a téléporté par erreur !! TOUT le livre s'y déroule. Vous rencontrerez Jason et les Argonautes, Vulcain... Ceci n'est pas une tare en soi, c'est juste que l'ambiance s'éloigne beaucoup trop de celle de la serie. Dans l'absolu, le livre est plutôt correct (le méchant final est quand même une déception, il débarque on ne sait pas d'où ni pourquoi...), mais si je veux me plonger dans cette atmosphère, je lis Chroniques Crétoises !!

Vous pouvez très bien vous en passer, surtout qu'hormis l'introduction et la fin, RIEN dans ce livre n'aura d'incidence sur les autres volumes de La Quête du Graal ; on peut donc sauter cet épisode comme s'il n'avait jamais existé.

Note :
5/10 (7 pour les amoureux de la Grèce antique)

mercredi 5 avril 2017

La Quete du Graal - Les personnages

(article initialement publie le 13 Mai 2010)


La Quête du Graal regorge de personnages, certains directement empruntés au cycle arthurien, d'autres provenant de la littérature ou de la mythologie gréco-romaine (on rencontre entre autres Jason et les Argonautes, Long John Silver, le Minotaure, les Sept Nains, le Monstre du Loch Ness...) mais une bonne partie sortent tout droit de l'imagination de J.H Brennan. D'épisode en épisode, on retrouve plusieurs personnages au rôle plus ou moins important (parfois pas du tout) qui donnent vie à cet univers. Il n'est pas question ici d'établir une liste complète et exhaustive, je préfere vous laisser le plaisir de les découvrir par vous-même.


Merlin 

Merlin l'Enchanteur. Merlin le Gallois. Merlin le Druide. Le plus célèbre des magiciens, et celui qui fait appel à vous chaque fois qu'il s'agit de sauver Avalon. Personnage excentrique et tête-en-l'air (à plusieurs reprises, vous allez faire les frais d'erreurs de téléportation...) , il n'en demeure pas moins conseiller du Roi Arthur, ce dernier s'en remettant presque toujours à lui lorsque le Royaume est en crise. Si Merlin vous aide au début de chaque aventure, il vous laissera vite vous débrouiller tout seul passé les premiers paragraphes, prétextant toujours quelque affaire plus « importante » dont il doit s'occuper (« Des affaires urgentes m'appellent en Ecosse. Une épineuse histoire de tripes magiques à la mode d'Edimbourg qui, vous le comprenez, ne peut être réglée que par moi ».)

On apprend par ailleurs que Merlin possède un frère apothicaire qui répond au nom de Davydd ap Gwilliam...


Pip
C'est vous. Ou plutôt le jeune homme dont vous occupez le corps. Pip est le fils adoptif de John le Fermier et de son épouse Mary, un couple de paysans extrêmement pauvre. On ne les verra qu'au début du 1er volume, même s'ils seront fréquemment évoqués tout au long de la série. Pourquoi Merlin a t-il choisi Pip pour réussir là où tous les Chevaliers de la Table Ronde ont échoué, mystère ! Aucune autre indication ne nous est vraiment donnée sur Pip, que ce soit son âge ou son physique (il n'existe d'ailleurs aucune illustration avec visage en gros plan), ce qui permet une meilleure identification du lecteur au personnage. On imagine néanmoins un adolescent de 14-15 ans. Par ailleurs, le discours direct est fréquemment employé, contrairement aux autres LDVEH (ceux de J.H Brennan exceptés) qui, lorsque votre personnage est censé s'exprimer, sont systématiquement écrits au style indirect. Ceci rend le livre plus vivant et, encore une fois, permet une meilleure identification du lecteur. Par ailleurs, 2 autres « personnages » s'adressent à Pip en permanence : son épée parlante Excalibur Junior (E.J), et le livre lui-même ! (C'est à dire l'auteur.) Celui-ci ne cessera de se moquer de vous tout au long de l'aventure ! « Quelle décision stupide, Pip » « Alors, qu'est-ce que vous attendez ? » « Cet endroit ne présente guère d'intérêt. Mieux vaut aller voir ailleurs » « Je crains que vos ennuis ne soient pas terminés, Pip » On a ainsi l'impression que l'auteur est derrière vous, et qu'il commente, parfois avec beaucoup d'humour, chacune de vos actions, heureuses ou pas. 

De personnage inconnu de tous au début de la première histoire, il va vite devenir héros national, reconnu dans tout Avalon et même au-delà ! A chaque nouvelle quête remportée, la liste - prestigieuse - de ses titres ne cessera de s'accumuler. Pip le Pourfendeur de Sorciers, l'Exterminateur de Dragons, le Verrouilleur de la Porte, le Vainqueur des Saxons...
Le Roi songe à adouber Pip à la fin des « Portes de l'Au-delà », mais aucune information ne sera donnée à ce sujet par la suite. On peut penser que l'adoubement aura lieu après la fin de la série.

A noter que Pip est doté d'une nature plus qu'intéressée, et ne manque jamais une occasion de mettre la main sur un trésor, quitte à prendre des risques insensés pour.


E.J
Excalibur Junior, réplique en version plus petite d'Excalibur, l'épée du Roi. On apprend au passage que si E.J est l'oeuvre de Merlin, il n'en va pas de même pour Excalibur, lame forgée par une créature non-humaine. Fidèle alliée de Pip, E.J à la particularité de savoir parler (et également lire dans les pensées lors du dernier volume), bien qu'elle soit d'un caractère assez insupportable par moments. D'une nature assez peureuse, elle tentera en effet un nombre incalculable de fois de dissuader Pip de prendre une décision qu'elle juge dangereuse. Elle a également une peur panique des araignées.


Le Roi Arthur 

Bien qu'il n'apparaisse généralement qu'au début et à la fin de chaque histoire, il n'en demeure pas moins un personnage-pivot, puisque c'est lui qui fait appel à Merlin (ce dernier faisant ensuite appel à Pip...) chaque fois que le Royaume est en danger. Personnage réfléchi, calme, et courageux, il est aimé et respecté de tous. C'est également le seul à se permettre de parler à Merlin avec une certaine familiarité.
La Reine Guenièvre, ainsi que les autres Chevaliers de la Table Ronde ( Lancelot, Galaad, Perceval...) font de brèves apparitions tout au long de la série, mais ne jouent aucun rôle d'importance. En fait, ils passeraient plutôt pour des lâches ou des incompétents... Arthur ne se prive d'ailleurs pas de le leur faire remarquer.

Lancelot : « Sire, je fais seller mon cheval et je pars à l'instant pour le Château des Ténèbres du sorcier Ansalom. Seul, je lutterai contre ses gardes et ses monstres et, après les avoir exterminés, j'abattrai ce pendard de sorcier de ma fidèle épée ! »
Arthur : « Ne dis pas de bêtises. Tu ne dépasserais même pas la cour du château »

Ca calme :)


Le Roi Pellinore 

Le seul des Chevaliers à faire quelques apparitions au cours de l'aventure. En fait, parti en quête lui aussi, mais disposant d'un sens de l'orientation absolument déplorable (genre Ryoga dans Ranma 1/2), il perd toujours son chemin, et c'est par pur hasard que vous le croisez. Il est d'une ressemblance frappante avec le terrible Chevalier Noir, ce qui sera à l'origine de certains malentendus. Bien que d'un caractère assez bourru, il est toujours prêt a aider Pip s'il le peut.


La Dame du Lac 

C'est elle qui offrit Excalibur au Roi Arthur. Il s'agit d'un être surnaturel qui vit au fond de l'eau. Elle apparaît uniquement dans le 1er volume, et quand bien même parvenez-vous à la rencontrer, il est précisé que si vous deviez mourir et donc recommencer l'aventure, vous ne pourrez plus JAMAIS la retrouver. Dans le cas ou en feriez la connaissance, sachez que vous en tireriez grand avantage ! D'une part, vous gagnez 25 POINTS DE VIE qui s'ajoutent à votre total de départ ! (Ceci n'est certes valable qu'une seule et unique fois). D'autre part, elle vous offrira une Pierre de Chance, qui permet ou de majorer ou soustraire 3 Points de tous les lancers de dés, ou d'ajouter 3 Points de Dommages supplémentaires si le coup a déjà porté. On peut garder cette Pierre dans les volumes suivants, autant dire que cela rend le livre nettement plus facile !!


Cody
L'apprentie de Merlin, une jeune fille rousse de 13 ans. Elle n'apparaît que dans le dernier volume, et on peut supposer qu'une idylle naîtra entre elle et Pip quelques années plus tard.


Nosférax
Personnage récurent à chaque épisode, création originale de l'auteur. Il s'agit en fait d'un poète vampire ! Le plus mauvais poète de tout Avalon, et même de la Terre...
Aventurier hardi, salut
Toi qui du froid nous est venu
Et qui l'énigme a résolu
Tel l'éclair qui zèbre la nue.

Nosférax est un être à la fois absurde (comme la plupart des personnages de La Quête du Graal...) , mégalomane, complètement timbré, et EXTREMEMENT sensible à la flatterie ( il vous est d'ailleurs toujours fortement conseillé de le complimenter le plus possible sur sa poésie, au risque, dans le cas contraire, d'y perdre la vie...) , mais sera toujours prêt à aider Pip. Il vous faudra pour cela ou bien résoudre une énigme (« Quelle est la différence entre un canard ? » ), ou alors rédiger un tract publicitaire, un portrait ou un poème !!

Il n'existe aucune illustration de Nosférax, mais d'après sa description, on sait qu'il est « grand, mince, d'une blancheur de craie et vêtu d'une longue cape noire par-dessus un habit de même couleur et une chemise et un noeud papillon blancs. Il a d'énormes yeux noirs. Ses deux canines supérieures chevauchent sa lèvre inférieure comme des crocs ».


Ansalom 

Sorcier assujetti aux forces du mal, spécialisé dans l'élevage de poulets sauvages meurtriers. Bien que décédant à la fin du premier tome, il s'agit d'un personnage dont le souvenir reste vivace jusqu'à la fin de la série ! (Une malédiction jetée par Ansalom ne disparaîtra qu'au 8ème et dernier volume !)
Il enleva la Reine Guenièvre, ce qui fut à l'origine de la 1ère aventure de Pip.


Le Chevalier Noir 

On ne sait pas grand-chose de lui, si ce n'est qu'il régnait sur le Sinistre Royaume des Morts, jusqu'à ce que Pip vienne l'éliminer.


Le Phacofouine Fantome (Zim ba da boum !) 

Lorsqu'on prononce son nom se déclenche en fond sonore un bruit semblable à la fanfare d'un orchestre ! Le Phacofouine Fantôme (Zim ba da boum !) vit non pas en Avalon, mais sur le Plan Astral, c'est lui qui a lancé une terrible Malédiction sur le Royaume. A mi-chemin entre l'homme et le sanglier, il n'en demeure pas moins un redoutable sorcier.


Grott le Gredin
 

Il s'agit d'un sorcier Brucolaque. Un mot très rare qui désigne un être à mi-chemin entre la goule et le vampire. Les Grecs appelaient de ce nom (brucolacas, c'est à dire faux ressuscités) les cadavres des personnes excommuniées, qu'ils disaient être possédées du démon, et dont celui-ci était censé ranimer les organes à certaines heures de la nuit pour les faire servir à ses desseins. Considérons-le plus simplement comme un mort-vivant, ou plutôt comme le définit Nosférax « une créature (en général un sorcier, un magicien, un nécromancien ou un individu de ce genre) qui use de maléfices pour se maintenir en vie au-delà des limites naturelles de son existence. »

Grott doit une (très) grosse somme d'argent à Merlin, ce dernier envoie Pip pour la récupérer, de gré ou de force. En fait, ce n'est qu'un prétexte. Grott a par erreur volé le Coeur d'Avalon, un artefact d'une incroyable puissance magique ! (Il visait à la base les caleçons sacrés de Réréréner. ) Si Grott découvre le pouvoir de cet objet, il pourra régner sur Avalon. 

samedi 1 avril 2017

Un Livre Dont VOUS Etes le Heros

(article initialement publie le 6 Mai 2010)

Autrefois (autour de 2004-2005) j'avais un site sur les LDVEH, qui s'appelait "Rendez-Vous au 14", avant tout consacre aux series de J.H Brennan (Quete du Graal, Loup*Ardent...), mais aussi aux autres series Gallimard en general.
Plus mis a jour depuis 2007, il a fini par disparaitre car l'hebergeur a ferme! Ayant la flemme de tout reuploader ailleurs, je vais profiter de ce blog pour reposter petit a petit ce que j'avais ecrit sur ce site. 

La série des Livres Dont Vous Etes le Héros remonte au début des années 80 (1982 pour etre précis) avec Le Sorcier de la Montagne de Feu, co-écrit par Steve Jackson et Ian Livingstone (tous deux d'origine britannique). L'incroyable succès de ce type de livre d'un genre nouveau donna bien sûr naissance à de nombreux autres livres-jeux. En français, Gallimard a publié la quasi-totalité des ouvrages existants (hormis, étrangement, le tout dernier volume de la série Défis Fantastiques) , ce qui représente tout de même environ 160 volumes, sans compter les Jeux de Rôle L'Oeil Noir et Terres de Légende.
Ces dernieres annees, on assiste a un Revival de ces livres, avant tout dans le monde anglo-saxon. Plusieurs nouveaux Fighting Fantasy (Defis Fantastiques en francais) sont sortis, Sorcellerie et certains Defis Fantastiques ont ete reedites, et Joe Dever (Loup Solitaire) avait commence a reecrire sa saga depuis le debut, meme si malheureusement il nous a quitte tres recemment :( Le Tome 7 de la Voie du Tigre est meme sorti 30 ans apres!
                                        
Un auteur m'a véritablement marqué : John Herbert Brennan, d'origine irlandaise. Ceci se ressent dans son univers, tant dans les mondes décrits que les créatures rencontrées.

J.H Brennan est l'auteur de 4 séries : Loup*Ardent (4 volumes) , La Quête du Graal (8 volumes) , Epouvante (2 volumes) , et Défis de l'Histoire (4 volumes) Toutes présentent un point commun, introuvable dans les autres séries de LDVEH. L'HUMOUR !!! Et un humour de type tout ce qu'il y a de plus british. Particulièrement La Quête du Graal, son chef-d'oeuvre, qui emprunte à la fois aux Monty Python et à Lewis Carroll, le tout habilement mêlé au cycle arthurien et des Chevaliers de la Table Ronde. Le monde de La Quête du Graal est une suite ininterrompue de personnages loufoques et d'éléments absurdes, au sein d'un univers heroic fantasy extrêmement vaste et diversifié, qui vous emmènera tour à tour en Avalon, au Royaume des Fées, sur le Plan Astral, à Ochnatoberlochnaburry (en Ecosse ; au fait, connaissiez-vous la ville au nom le plus long du monde ? Il s'agit de Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch au pays de Galles. je me demande comment on appelle ses habitants...), ou bien encore au Sinistre Royaume des Morts... Vous y rencontrerez Merlin l'Enchanteur, l'Affreux Prof de Maths, le Gnome gardien du trésor, le Phacofouine Fantôme (Zim ba da boum !), un chat karatéka, un lapin blanc meurtrier (référence évidente aux Monty Python) , une carotte-vampire...

Même l'équipement est « hors-norme ». Au début de chaque aventure, vous devrez choisir un nombre limité d'objets dans une liste. Si la plupart de ceux-ci sont tout ce qu'il y a de plus classiques et fonctionnels (corde, scie, huile...), on trouve TOUJOURS un certain nombre de choses ou totalement inutiles, ou qui au contraire pourraient se révéler d'une importance capitale... Exemples : collier de chien, luth, recueil d'histoires drôles, xylophone, mouchoir, trombone à coulisse, koala empaillé, fermeture-éclair, haricot sauteur du Mexique, tarte aux pommes, tête en bronze, barbe et moustache postiches, veste en peau de chèvre...

L'auteur s'amuse aussi à glisser ici et là des clins d'oeil à ses oeuvres précédentes (on entend parler de Loup*Ardent dans La Quête du Graal, et de cette dernière dans Epouvante...)

Quant au style employé, il tranche radicalement avec les autres séries de LDVEH. L'auteur s'immisce personnellement dans l'histoire, vous servant parfois de guide, mais passant surtout le plus clair de son temps à se moquer de vous. Vous avez un nom, une personnalité, une histoire passée... En fait, vous n'êtes pas exactement le héros ; disons plutôt que vous empruntez le corps du héros, un jeune garçon nomme Pip. L'une des trouvailles géniales de Brennan est de vous faire croire que vous, être humain réel du XXème siècle (euh, XXIème maintenant...) voyez votre esprit capturé par un sortilège, et que vous vous retrouvez DANS le livre, dans le corps de Pip, à l'époque du Roi Arthur !! Il s'agit d'un sortilège mis au point par Merlin lui-même, qui nécessite pour cela d'écrire un livre en entier... Et c'est là que le doute commence à s'installer... Et si c'était vrai ? Et si en fait Brennan n'avait été qu'un médium pour permettre à Merlin de pouvoir lancer son sortilège à notre époque ? J'aimerais tellement y croire...
                     
Le système de combat est plus proche d'un Jeu de Rôle que de celui de la plupart des LDVEH (entre autres par la présence de la magie). La manière d'aborder les paragraphes elle aussi est unique. Alors qu'en temps normal, on a droit à un « Rendez-vous au 102 » ou « Rendez-vous au 217 », ici les paragraphes évoquent quasiment des lieux. Exemples : « L'entrée est au 65 » « Allez vous frapper poliment au 67 ou démolir la porte au 74 ? » « Le village est prêt à vous accueillir au 78 » « Oh non ! Encore téléporté au 23 ! » « Fichtre ! Quelle amulette ! Maintenant, rapportez-la au 20 avant de la perdre ! »
Par ailleurs, la plupart des livres sont assez peu linéaires, ceci grâce aux nombreux plans qui parsèment l'aventure, vous permettant ainsi de visiter tel ou tel endroit dans l'ordre de votre choix. Brennan use et abuse également d'énigmes (souvent à base de logique mathématique) et de messages codés.

Et enfin, ce qui a donne son nom à ce site (enfin ex-site), le terrible et redouté paragraphe 14... Dans un LDVEH classique, la mort peut surgir sans prévenir au coin de n'importe quel paragraphe. Dans La Quête du Graal, TOUTES les possibilités de mort mènent à un seul et unique paragraphe, le 14. Qui représente en quelque sorte comme un centre de réincarnation, à partir duquel on peut reprendre l'aventure. A noter que les volumes 7 et 8 proposent même un Décémètre, une grille à cocher à chaque trépas, un grade vous sera attribué en fonction du nombre de morts qui auront été nécessaires afin de mener à bien votre mission. Tout résultat supérieur à 20 échecs faisant de vous une « Niquedouille ».

D'un pur point de vue littéraire, c'est agréable à lire, mais n'oublions pas qu'il s'agit avant tout d'une série pour adolescents, il ne faut donc pas en attendre trop de ce côté-là. Nous dirons que Brennan remplit pleinement son contrat qui est de divertir. Par opposition, Loup*Ardent bénéficie d'un style bien plus recherché, beaucoup plus proche d'un « vrai » roman. La serie n'etait d'ailleurs pas destinee aux enfants a la base, mais ca Gallimard n'a pas du y faire attention (il y a meme du sexe parfois).

Quelques mots sur l'auteur. Depuis très jeune, Brennan manifeste un vif intérêt pour la psychologie et l'hypnose, domaine dans lequel il s'illustrera brillamment. Il fera aussi une NDE (Near Death Experience, dite aussi expérience de mort clinique, à savoir que l'esprit se détache du corps) , ce qui l'influencera très probablement dans son écriture.
Son expérience professionnelle l'a conduit au journalisme, à la publicité, et à l'hypnothérapie. Il a étudié et écrit de nombreux ouvrages sur la psychologie, la religion, la réincarnation et la vie après la mort, et même la physique quantique !
Brennan a publié son premier roman à l'age de 25 ans ; depuis, un nombre incroyable de livres en tous genres ont vu le jour, qui ont été vendus à environ 7,5 millions d'exemplaires, tous ouvrages confondus, dans plus de 50 pays. La Quête du Graal (Grailquest en VO) est sa série la plus connue, et ne cesse d'être rééditée depuis 1985. Etrangement, d'apres mes recherches, les 2 pays où cette série a été la plus populaire semblent être la France et le Japon !!

On lui doit des ouvrages historiques, comme A Guide to Megalithic Ireland ou The Secret History of Ancient Egypt, ésotériques comme Reincarnation ou Magic for Beginners, des nouvelles comme Dark Moon et Dream of Destiny, une cinquantaine de livres pour enfants, qu'il s'agisse de fictions ou à but éducatif, 18 Livres Dont Vous Etes le Héros, et même un Jeu de Rôle et deux logiciels.
Recemment, il a publie la série Faerie Wars (la Guerre des Fees en francais), best-seller aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, et bien sûr en Irlande, pays des fées par excellence. La Guerre des Fees est une sorte de Harry Potter en un peu moins soft (mais nettement moins bien ecrit...)

Pour terminer, citons aussi les 2 illustrateurs de La Quête du Graal. Les dessins intérieurs sont l'oeuvre de John Higgins, et les (splendides) couvertures de John Howe, qui a entre autres travaillé sur les versions cinéma du Seigneur des Anneaux. On notera que les couvertures françaises ont été spécialement faites pour la VF !! En plus, elles sont bien plus belles que celles des VO, d'un autre illustrateur. C'est à ma connaissance la seule série de LDVEH dans ce cas, et la raison de ce changement est un mystère...

La prochaine fois, je vous parlerai des personnages, puis apres on passera a la critique des livres.